Berlin et Paris ont dénoncé mercredi une «implication et une responsabilité» russe dans l'empoisonnement au Novitchok d'Alexeï Navalny, selon un communiqué commun des ministres des Affaires étrangères. Alexeï Navalny est un fervent opposant du Kremlin.

«Cette terrible tentative d'assassinat constitue une atteinte aux principes élémentaires de démocratie et de pluralisme politique», dénoncent les ministres Heiko Maas et Jean-Yves Le Drian. «C'est aussi un nouvel emploi choquant d'une arme chimique, deux ans après l'utilisation par la Russie d'une telle arme sur le territoire britannique à Salisbury, le 4 mars 2018», ayant visé l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

«Dans ces circonstances, la France et l'Allemagne ont demandé à plusieurs reprises à la Russie de faire toute la lumière sur les circonstances de ce crime et sur ceux qui l'ont perpétré», rappellent les deux chefs de la diplomatie. Ils regrettent qu'à leurs yeux, «aucune explication crédible (n'ait) pour le moment été apportée par la Russie».

Lire aussi: Alexeï Navalny repart au combat contre le Kremlin

«Pas d'autre explication plausible»

«Nous considérons dans ce contexte qu'il n'existe pas d'autre explication plausible à l'empoisonnement de M. Navalny qu'une responsabilité et une implication russes», assènent-ils. «Tirant toutes les conclusions de ce constat, la France et l'Allemagne transmettront à leurs partenaires européens des propositions de sanctions additionnelles», préviennent les ministres.

«Ces propositions viseront des personnes que nous considérons comme responsables de ce crime et de cette violation des normes internationales, en raison de leurs fonctions officielles, et une entité impliquée dans le programme Novitchok», ajoutent-ils.

Cet avertissement intervient au lendemain de la confirmation par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) du fait qu'Alexeï Navalny a bien été empoisonné par un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue par des spécialistes soviétiques à des fins militaires.

Lire aussi l'opinion: Derrière l’affaire Navalny, l’avenir de la Russie

Mise en cause «inacceptable»

Critique féroce du régime de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, 44 ans, est tombé gravement malade le 20 août à bord d'un avion en Sibérie, pendant qu'il était en campagne électorale pour des scrutins locaux et régionaux. Après avoir été soigné quelques jours dans un hôpital sibérien, il a été transféré dans un hôpital de Berlin et poursuit sa convalescence dans la capitale allemande. L'opposant russe a directement accusé Vladimir Poutine d'être derrière son empoisonnement.

La diplomatie russe a fustigé mercredi les accusations «inacceptables» de Paris et Berlin. «Au lieu de coopérer dûment avec la Fédération de Russie afin d'éclaircir les circonstances de ce qui s'est passé avec ce blogueur, les gouvernements allemand et français sont passés à des menaces et des tentatives de chantage à notre égard», a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué.