Cent cinquante-quatre sièges au lieu de 144 dans le Sénat sortant: le parti de droite français Les Républicains affichait dimanche soir sa satisfaction, après des élections sénatoriales conformes aux prévisions. Le camp conservateur sort renforcé de ce renouvellement par moitié de la Chambre haute du parlement. L’autre résultat saillant est la reconstitution prochaine d’un groupe écologiste, grâce à l’arrivée d’une dizaine de sénateurs «verts», dont l’élection est la conséquence logique des récentes municipales des 15 mars et 28 juin derniers. Plusieurs grandes villes françaises (Lyon, Poitiers, Strasbourg, Marseille…) se sont dotées de maires écologistes, ce qui a modifié le corps électoral du Sénat, composé des élus locaux (conseillers municipaux dans les métropoles, maires, conseillers départementaux et régionaux).