Etats-Unis

Sept choses à savoir sur la loterie de la carte verte (et sur les menaces qui planent sur elle)

L’attentat du 31 octobre à New York a été perpétré par un jeune immigré ouzbek, arrivé aux Etats-Unis grâce à la loterie de la carte verte. Cinquante mille étrangers décrochent par ce biais tous les ans le précieux sésame. Gros plan sur le système que Donald Trump veut supprimer

On imagine le désespoir des millions de candidats à la loterie de la carte verte américaine: déjà envisagée dans le cadre du projet de loi RAISE, Reforming American Immigration for Strong Employment, qui vise à introduire une immigration au mérite (avec un système de points comme au Canada), la suppression de la loterie de la diversité est désormais réclamée par le président américain. Le point sur ce pan du rêve américain, auquel ont postulé, certaines années, pas moins de 15 millions de personnes depuis 1990.

 1  Que gagne-t-on à cette loterie?

Les gagnants remportent une green card, ce document officiel qui donne à un ressortissant étranger le droit de résidence permanente et de travailler aux Etats-Unis. Un million de green cards sont délivrées tous les ans à des personnes installées depuis longtemps aux Etats-Unis et bien insérées, ainsi qu’à leurs ayants droit aux Etats-Unis ou à l’étranger (immigration familiale), selon des conditions draconiennes. Mais les délais d’attente sont souvent de plusieurs années, et il faut avoir un employeur ou un sponsor; la loterie est donc un moyen bien plus rapide d’obtenir le précieux document, pour peu qu’on fasse partie du tout petit nombre de gagnants (même pas 1% des candidats est présélectionné). La green card permet en outre de venir s’installer avec sa famille proche (époux et enfants mineurs).

 2  Qui peut y participer?

La loterie vise à diversifier l’émigration aux Etats-Unis. Sont éligibles les ressortissants des pays qui ont envoyé moins de 50 000 émigrants aux Etats-Unis depuis cinq ans; les citoyens du Mexique, du Canada, de la Chine ou du Royaume-Uni, entre autres, ne sont actuellement pas éligibles. Cette liste est revue tous les ans. En 2015, les pays qui ont obtenu le plus de green cards sont le Népal, l’Egypte, l’Iran et l’Ouzbékistan, le pays natal du terroriste du 31 octobre. Les postulants doivent soit avoir terminé leurs études secondaires, soit avoir travaillé au moins deux années pour candidater. La loterie est très populaire en Europe de l’Est et en Afrique (ainsi, au Liberia, 10% de la population tente sa chance tous les ans).

 3  Combien d’immigrants arrivent tous les ans grâce à la loterie?

Plusieurs millions de candidats participent tous les ans à la loterie, gratuite, sur Internet. L’ouverture de la procédure, en octobre, est suivie de près dans certains pays où le programme constitue un des rares moyens de sortir de la pauvreté et permet d’accéder au «rêve américain». Cent mille personnes seront tirées au sort et 50 000 au maximum recevront la précieuse carte, après avoir suivi un véritable parcours du combattant – transcrits officiels de tous les documents d’identité et des diplômes, certificats médicaux, copies des casiers judiciaires, entretiens poussés à l’ambassade américaine de leur pays d’origine, etc. L’ensemble du processus dure deux ans, les heureux élus ont ensuite six mois pour tout quitter et s’installer aux Etats-Unis. Plus de 500 000 résidents américains actuels sont arrivés avec le programme depuis 2007.

 4  Comment et pourquoi la loterie a-t-elle été installée?

Le Diversity Visa Lottery Program, son nom officiel, a été instauré en 1990 pour insuffler plus de diversité à l’immigration américaine. Il était à l’origine destiné à faciliter l’immigration légale provenant d’Irlande, ralentie en raison de l’accent mis sur le rapprochement familial qui favorisait davantage les pays d’Asie et d’Amérique du Sud. Les élus au Congrès d’origine irlandaise, face à une très forte demande, ont alors eu l’idée de la loterie, trustée par les Irlandais à ses débuts. La loi résulte d’une décision bipartisane, prise par les républicains et les démocrates, et a été promulguée sous le mandat de George Bush, un républicain (Donald Trump a donc tort en disant qu’il s’agit d’une «loi démocrate»).

 5  Donald Trump a-t-il raison de dire que les immigrants venus grâce à la loterie constituent une menace pour la sécurité du pays?

Le tweet dans lequel le président américain a fait part de ses craintes avait en tout cas été partagé plus de 37 000 fois et «aimé» plus de 120 000 fois trois jours plus tard. Le programme a été en ligne de mire une première fois en 2002 lors d’un attentat ayant fait deux morts à l’aéroport de Los Angeles: son auteur était un Egyptien arrivé aux Etats-Unis grâce au visa diversité de sa femme. Un des terroristes du 11-Septembre, un autre Egyptien, Mohammed Atta, avait participé deux fois à la loterie avant de finalement se rendre aux Etats-Unis muni d’un autre visa, pour étudier l’aviation. Mais les autorités répètent que les candidats admis ont subi les mêmes contrôles de sécurité que tous les autres immigrants. En 2007, le Government Accountability Office a conclu son enquête en disant qu’il n’y avait pas de menace particulière en matière de terrorisme, mais qu’il y avait de la fraude.

 6  La loterie pourrait-elle disparaître?

La session 2019 de la loterie (il faut compter deux ans de délai entre la soumission d’une candidature et l’octroi de la carte verte) a commencé le 18 octobre et fermera le 22 novembre à midi; les résultats seront publiés en mai. Sur les réseaux sociaux, beaucoup redoutent que ce soit l’une des dernières occasions de tenter sa chance. Le programme emblématique d’une certaine idée des Etats-Unis est menacé depuis longtemps, une tentative pour y mettre fin en 2013 déjà avait fait long feu. Ce qui est sûr, c’est que les lois sur l’immigration pourraient beaucoup changer ces prochaines années. Un projet de loi au Sénat et un autre à la Chambre prévoient de nouvelles conditions plus dures pour le regroupement familial, et Donald Trump veut diviser par deux l’immigration légale d’ici à dix ans, en favorisant les jeunes diplômés anglophones disposant déjà d’une expérience et munis d’un contrat de travail. A noter: des six pays visés par le travel ban qu’il réclame, deux font partie des pays ayant le plus profité de la loterie en 2016, l’Iran et le Soudan. Il semble que les autorités américaines aient récemment décidé de ne pas donner suite à certains dossiers, pourtant officiellement acceptés.

 7  Bonus: attention aux «fakes»!

Le «rêve américain» fait encore recette et d’innombrables sites utilisent les couleurs du drapeau américain ou jouent sur leurs adresses url pour tromper les candidats – en prélevant des droits d’inscription au passage, alors que la loterie officielle est gratuite. Méfiez-vous, vérifiez bien l’adresse du site que vous consultez; toutes les extensions .com ou .us sont à proscrire… Voici Le site officiel où candidater.


Lire aussi :

L’attentat de New York relance la polémique sur la loterie des «green cards»

Publicité