Deux civils, dont un enfant, et deux combattants tribaux ont été tués lors de combats mercredi à Taëz (sud-ouest) entre les forces gouvernementales et des hommes de tribus soutenant les protestataires qui réclament le départ du président Saleh, selon ces sources.

Les forces gouvernementales ont pilonné les quartiers résidentiels de cette ville à la pointe de la contestation aux obus de char et aux mortiers, d’après des militants.

A Sanaa, trois personnes ont été tuées lors d’affrontements mardi soir dans le quartier d’Al-Hassaba entre les troupes fidèles à Ali Abdallah Saleh et les combattants d’un influent chef tribal rallié à la contestation, ont indiqué des sources médicales et le Ministère de l’intérieur.

Deux partisans de Cheikh Sadek al-Ahmar ont été tués, ainsi qu’un policier, selon ces sources, et sept autres personnes blessées.

Le président Saleh refuse de démissionner malgré les manifestations qui secouent le pays depuis janvier. Le Conseil de sécurité de l’ONU lui a demandé le 21 octobre de quitter le pouvoir, de mettre fin à la répression des manifestations et de signer un plan de transfert du pouvoir proposé par les monarchies arabes du Conseil de coopération du Golfe (CCG).