On se battra vendredi pour prendre place au dîner le plus glamour de Davos. Angelina Jolie, Sharon Stone, Carole Bouquet, Richard Gere, Peter Gabriel et quelques autres stars du monde artistique débattront de leur rôle politique, social et économique. Ils auront d'ici là participé à une foule d'événements caritatifs et de conférences de presse en faveur d'un monde meilleur.

Attentif à toutes les évolutions du monde, le Forum économique ne pouvait plus ignorer le phénomène du people. Dévoués à toutes les causes, ambassadeurs de l'enfance meurtrie, de la lutte contre les pandémies, des victimes des catastrophes naturelles, de la nature en danger, les people sont désormais un levier décisif pour toute cause qui prétend à une visibilité mondiale. C'est ainsi que l'on peut aujourd'hui conquérir les cœurs de l'opinion, séduire la générosité des donateurs et faire pression sur les gouvernements.

Mais les «leaders globaux» sont comme tout le monde. Les graves réflexions comptent un peu moins, au moment de s'asseoir à table, que la proximité avec la star et le bonheur de la photographier sur son téléphone portable pour épater les copains. L'efficacité de la présence des people a donc pu être mesurée en direct, en ouverture du forum, lors d'un déjeuner consacré à la lutte contre le sida. Sharon Stone et Richard Gere ont attiré une meute et fait couler des larmes en évoquant la responsabilité du monde face à la maladie. Sans eux, l'appel à la mobilisation aurait sans aucun doute été balayé par d'autres préoccupations.

Le renfort de ces stars est bien utile à un combat qui tend à passer au second plan dans les pays occidentaux, a reconnu Peter Piot, directeur du programme de l'ONU contre le sida. C'est à Davos, en 1997, que Nelson Mandela avait évoqué la catastrophe pour la première fois, a-t-il rappelé, provoquant un mouvement international. En 2002 était lancé le Fonds global contre le sida, la tuberculose et la malaria, à l'initiative du secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Puis est venu le dialogue avec les industries pharmaceutiques et l'accord sur l'accès aux médicaments génériques dans les pays les plus pauvres. Selon Peter Piot, 750 000 malades du sida ont aujourd'hui accès à des traitements dans les pays en voie de développement. Mais 5 millions de personnes ont été infectées l'an dernier. Sharon Stone et Richard Gere ont encore du travail devant eux.