Lundi, l’armée israélienne a publié son enquête préliminaire sur la mort de Shireen Abu Akleh. Pas d’indication d’un «crime» à ce stade a-t-elle affirmé, indiquant qu’il était «impossible de déterminer dans l’immédiat l’origine du tir» qui avait tué la journaliste palestino-américaine de 51 ans. Shireen Abu Akleh a été tuée d’une balle dans le visage, le 11 mai dernier à Jénine, en Cisjordanie, alors qu’elle couvrait un raid israélien.