Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Mais le verdict qui plane au-dessus de la tête de Salah Abdeslam, 31 ans, n’est paradoxalement pas le suspense principal le concernant. C’est son attitude durant les débats et surtout sa décision ou non de répondre aux questions des avocats, de l’accusation et des magistrats qui seront scrutés dès l’ouverture du procès des attentats du 13 novembre, ce mercredi 8 septembre en milieu de journée au Palais de justice historique de Paris.