L’essentiel

Considérées comme des transports publics, les remontées mécaniques ne devront pas exiger de certificat covid cet hiver.

Le Conseil fédéral a mis fin à la gratuité des tests de dépistage, mais les hôpitaux, pharmacies ou centres sont libres de fixer leurs tarifs certains en profitent pour casser les prix.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.

 


■ Curevac retire sa demande d’examen d’un vaccin auprès de Swissmedic

L’entreprise CureVac Swiss a retiré la demande d’autorisation qu’elle avait introduite en avril pour son candidat-vaccin CVnCoV auprès de Swissmedic. Cela fait suite à l’abandon par la société-mère allemande du développement de son premier candidat-vaccin contre le Covid-19.

Cette annonce survient après que CureVac, entreprise biopharmaceutique de Tübingen (A), a fait savoir la semaine dernière qu’elle ne souhaitait plus mettre sur le marché son vaccin de première génération contre le Covid-19. Elle souhaite désormais se concentrer sur un vaccin de deuxième génération contre cette maladie. Le laboratoire allemand avait annoncé début juillet des résultats définitifs de son étude clinique à grande échelle qui montraient une efficacité de seulement 48%. Un taux bien plus faible que les autres vaccins à ARNm de l’alliance Pfizer/BioNTech et Moderna.


■ Le covid long, une réalité pour de nombreux patients

Quelque 20% des patients ayant eu des symptômes après une infection au covid souffrent ensuite d’un covid long, selon les dernières études. Chez les enfants, ce chiffre tombe à 3%. Chez les personnes vaccinées, le risque est réduit de moitié. Selon un sondage réalisé auprès de 4000 personnes, les symptômes typiques comme l’essoufflement et la toux sèche disparaissent assez vite. Les symptômes de fatigue restent par contre plus longtemps présents. Certains patients du covid long ne peuvent par exemple plus se concentrer correctement, ni se tenir debout.

Mayssam Nehme, cheffe de clinique au Service de médecine de premier recours des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à Genève, évoque ainsi le cas d’un homme ayant la trentaine, en bonne santé, touché en mars 2020, et qui en 2021 souffre encore de symptômes. Les HUG mènent depuis juin 2020 un accompagnement auprès de quelque 500 personnes souffrant du covid long. «Nous essayons de développer des thérapies pour accompagner ces personnes», explique Mayssam Nehme. La vaccination n’a en général pas d’effets secondaires négatifs. On remarque plutôt une stabilisation ou une amélioration, en se basant sur certaines études, mais les données manquent encore à ce sujet.


■ Le nombre de cas pourrait bientôt augmenter à nouveau en Suisse

Si la situation actuelle en Suisse est encore «relativement bonne», les experts de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) prévoient une nouvelle hausse des contaminations dans les prochains jours. Le taux de reproduction est en effet supérieur à 1 dans près de la moitié des cantons et le nombre de cas augmente déjà dans plusieurs d’entre eux, notamment en Suisse centrale et orientale, avertit Patrick Mathys, le chef de la section Gestion de crise de l’OFSP.

La situation épidémiologique doit être qualifiée de défavorable

Patrick Mathys

Par ailleurs, conséquence de la fin des tests gratuits, le nombre de tests diminue fortement, et la part de tests positifs augmente. «Le taux de vaccination ne sera pas suffisant pour contrer cette tendance dans un avenir proche», affirme Patrick Mathys.

Une détente rapide n’est pas attendue, a-t-il ajouté. Avec l’automne, les gens recommencent à se réunir à l’intérieur. S’y ajoute la reprise des écoles. Autant d’éléments qui dessinent une tendance défavorable pour les prochains mois. Les incidences les plus fortes se rencontrent auprès d’une population jeune et mobile. La catégorie des 10-19 ans est toujours la plus touchée. Les cantons les plus touchés sont ceux avec un taux de vaccination faible.


■ La Suisse compte 1240 cas supplémentaires en 24 heures

Les principales informations du dernier bulletin de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP):

  • 1240 nouveaux cas ont été enregistrés en un jour;
  • On déplore deux décès supplémentaires;
  • 21 malades ont été hospitalisés;
  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23 324 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 5,32%;
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 12 349, soit 142,85 nouvelles infections pour 100 000 habitants;
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,00;
  • Les patients Covid-19 occupent 13,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 68,5%.

■ Le certificat covid ne sera pas obligatoire dans les remontées mécaniques

Les visiteurs des stations de ski ne devront pas présenter de certificat covid pour accéder aux remontées mécaniques, rapporte Le Nouvelliste. Le quotidien valaisan, qui était présent au Châble (VS) pour l’assemblée générale de l’Association des remontées mécaniques suisses, cite son directeur Berno Stoffel: «Nous pouvons commencer la saison d’hiver dans les mêmes conditions que les transports publics: avec l’obligation de porter des masques dans les cabines et les pièces fermées, la distance à l’intérieur des bâtiments et la ventilation des cabines». Celui-ci se dit satisfait de la décision, prise au terme de négociations avec le Département fédéral de l’intérieur – «une grande réussite» – et il affirme que son association a pu «démontrer qu’il n’y avait pas de lien entre la pandémie et les remontées mécaniques».

Le Conseiller d’Etat valaisan Christophe Darbellay, également cité par Le Nouvelliste ajoute toutefois que le certificat pourrait être imposé, «si la situation se dégrade dans les hôpitaux.»

L’hiver dernier, les stations étaient restées ouvertes en Suisse, contrairement à une majorité de pays en Europe.


■ Les opposants au certificat pourront manifester samedi à Berne

La ville de Berne a autorisé une manifestation samedi des opposants au certificat Covid. Les organisateurs se sont engagés à respecter le concept de sécurité convenu et à suivre le parcours établi à l’avance du cortège. La direction de la sécurité de la ville a expliqué ce matin avoir délivré cette autorisation pour que la liberté d’expression puisse se dérouler d’une manière ordonnée. L'«Aktionsbündnis Urkantone» («Alliance des cantons primitifs») et l’association «Freie Linke Schweiz» sont à l’origine de ce rassemblement.

Ces organisations déconseillent actuellement à leurs sympathisants de participer à des manifestations non autorisées, estimant que cela porte préjudice à leur cause. Selon les autorités communales, elles n’envisagent pas pour le moment d’autres manifestations dans la ville fédérale. De son côté, la police cantonale bernoise continuera à disperser des rassemblements non autorisés des opposants aux mesures de lutte contre le Covid-19.


■ Une troisième dose demandée pour les personnes âgées

Le président de l’Association des médecins cantonaux de Suisse, Rudolf Hauri, espère que la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 sera bientôt validée. L’organe de surveillance Swissmedic et la commission fédérale pour les vaccinations doivent «décider uniquement sur la base des données et des faits disponibles», déclare Rudolf Hauri dans un entretien diffusé mardi par le journal alémanique Tages-Anzeiger. Mais la Suisse «ne devrait pas attendre trop longtemps», poursuit-il. Dans certains pays européens et aux États-Unis, la troisième injection du vaccin est en cours d’administration.

La population normale n’a certainement pas besoin d’un rappel cette année

Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations

Cette dose de rappel n’est pas nécessaire pour tout le monde, indique pour sa part dans le Blick Christoph Berger, le président de la commission fédérale pour les vaccinations (CFV). «La population normale n’a certainement pas besoin d’un rappel cette année». Il n’y a pas d’indication que la protection des vaccins à ARN messager s’affaiblisse pour ce groupe, ajoute-t-il. La situation est cependant différente pour les plus de 80 ans, relève-t-il. Les données anglaises ont montré une tendance à une légère diminution de la protection vaccinale dans ce groupe, poursuit-il.

La troisième dose est actuellement autorisée en Suisse pour les personnes immunodéprimées qui n’ont pas pu acquérir une protection suffisante après les deux injections.


■ Nombre record de nouveaux cas en Nouvelle-Zélande

Les autorités sanitaires néo-zélandaises ont annoncé 94 nouveaux cas mardi, un chiffre qui dépasse le précédent record de 89 contaminations enregistré en avril 2020, lors de la première vague.

Le nombre de contaminations n’a pas cessé d’augmenter depuis l’apparition mi-août du variant Delta, hautement plus contagieux, dans le pays. Le foyer épidémique, qui se situe à Auckland, a contraint la Première ministre Jacinda Ardern à abandonner sa stratégie «zéro Covid» au profit d’une intensification de la campagne de vaccination.

La dirigeante de centre-gauche doit dévoiler vendredi un plan destiné à relâcher les restrictions une fois les objectifs de vaccination atteints. Environ les deux tiers de la population en âge d’être vaccinée l’ont été. Jusqu’à l’arrivée du variant Delta, l’archipel a été protégé de la pandémie, en raison notamment de strictes mesures aux frontières et d’une intense politique de traçage.