Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Entrant dans sa septième année de conflit, la Syrie compte 13,1 millions de personnes nécessitant une aide humanitaire.
© Chris McGrath/Getty Images

ONU

La situation humanitaire reste très critique en Syrie 

Si Vladimir Poutine espère trouver une solution politique au conflit syrien, notamment à Genève où les pourparlers reprennent le 28 novembre, l’ONU brosse un tableau très sombre de la situation sur le terrain

Le maître du Kremlin multiplie les contacts dans l’optique des négociations qui reprennent le 28 novembre à Genève pour tenter de résoudre le conflit syrien. Lundi à Moscou, Vladimir Poutine a félicité son hôte, le président syrien, Bachar el-Assad, pour ses succès militaires. «Plus de 98% du territoire syrien se trouvent sous le contrôle des forces gouvernementales syriennes», a-t-il précisé.

Et aujourd’hui à Sotchi, sur la mer Noire, il tient un petit sommet en présence des présidents iranien, Hassan Rohani, et turc, Recep Tayyip Erdogan, deux acteurs essentiels pour essayer de sortir de l’impasse. Vladimir Poutine estime qu’il est «temps de passer au processus politique» alors que sept rounds de négociations sur la Syrie menés à Genève depuis le début de 2016 n’ont permis aucune avancée. Si des zones de désescalade décrétées à Astana ont permis de réduire en partie les violences, la situation demeure très critique sur le plan humanitaire.

Aide humanitaire nécessaire pour 13,1 millions de personnes

Mardi au Palais des Nations, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l’ONU a brossé un tableau sombre de la situation sur le terrain. Dans son aperçu des besoins humanitaires 2017, il relève que, en entrant dans sa septième année de conflit, la Syrie compte 13,1 millions de personnes nécessitant une aide humanitaire. 5,6 millions d’entre elles ont un besoin urgent d’assistance en raison d’un accès limité à des biens et services élémentaires. 8,2 millions de personnes sont exposées à des restes d'explosifs de guerre dont un tiers se trouve dans des terres agricoles. Les hostilités demeurent le principal facteur expliquant la situation actuelle, et l’accès humanitaire reste fortement entravé.

Les chiffres fournis par l'OCHA sont effrayants. La crise syrienne est la pire qu’ait connue la planète en termes de personnes déplacées. De janvier à septembre 2017, 1,8 million de Syriens ont été déplacés, dont certains à plusieurs reprises. Cela représente 6550 personnes par jour. Des 5,5 millions de réfugiés ayant quitté le pays, dont une grande partie pour les Etats voisins, seuls quelque 721 000 sont retournés chez eux. Au total, le nombre de déplacés à long terme a légèrement diminué, passant de 6,3 à 6,1 millions de personnes en 2017.

Graves problèmes de malnutrition chez les enfants

En raison d’une situation critique en termes d’approvisionnement, 10,5 millions de Syriens souffrent d’un manque de nourriture, dont 4 millions de façon critique. Plus de la moitié de la population a besoin d’une aide alimentaire urgente. La production de blé ne dépasse pas 1,8 million de tonnes, alors qu’elle se situait en moyenne à 4,1 millions avant le début des hostilités, en 2011. Près de 19 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de grave malnutrition.

Le conflit a porté un coup dévastateur au système de santé de la Syrie. Moins de la moitié des centres de santé du pays sont pleinement opérationnels. Cette incapacité à faire face aux besoins sanitaires du moment provoque des milliers de morts évitables. Le système a subi les hostilités de plein fouet. Durant le premier semestre 2017, l'OCHA a recensé 107 attaques confirmées et 35 en phase de vérification contre des installations sanitaires et leurs employés. Dans le domaine de l’éducation, un tiers environ des enfants en âge scolaire ne va pas à l’école et 1,3 million d’entre eux sont sur le point de devoir abandonner leur cursus scolaire.

Situation similaire en 2018

Sur le plan économique, le conflit a provoqué des pertes cumulées de 254 milliards de dollars, soit quatre fois le PIB de la Syrie en 2010. Le prix moyen des denrées alimentaires a augmenté de 800% par rapport à ceux qui étaient en vigueur avant le déclenchement du Printemps syrien.

Si aucune solution politique ne se dessine à Genève, l'OCHA estime que la situation humanitaire restera critique en 2018. Un million et demi de Syriens devraient être déplacés, et le nombre de réfugiés rentrant au pays restera très limité.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a