JO

La sœur de Kim Jong-un en Corée du Sud pour les «Jeux de la Paix»

Kim Yo-jong est le premier membre de la famille dirigeante de la Corée du Nord à se rendre dans le Sud depuis la fin de la guerre de Corée

La sœur du leader nord-coréen Kim Jong-un est arrivée vendredi au Sud pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, devenant ainsi le premier membre de la dynastie régnant au Nord à fouler le sol du grand rival depuis la fin de la guerre de Corée.

Kim Yo-jong voyage au sein de la délégation de haut niveau que Pyongyang a consenti à dépêcher aux «Jeux de la Paix» de Pyeongchang qui débutent dans la soirée.

Première visite depuis 1950

Cette mission est emmenée par celui qui occupe le rang de chef de l’Etat de la Corée du Nord selon le protocole, Kim Yong-nam, le plus haut dignitaire nord-coréen à s’être jamais rendu au Sud.

Lire la revue de presse: Avec les Jeux olympiques, un dégel intercoréen, vraiment?

Leur Iliouchine-62 estampillé «République populaire démocratique de Corée», nom officiel du Nord, a atterri sur l’aéroport d’Incheon, près de Séoul. Vêtus de manteaux noirs au col de fourrure, Kim Yong-nam et Kim Yo-jong ont été accueillis par le ministre sud-coréen de l’Unification et d’autres responsables, échangeant des plaisanteries sur la température glaciale.

Le dernier membre de la famille de Kim Jong-un à être venu à Séoul était son grand-père, Kim Il-sung, le fondateur du régime, quand ses forces avaient conquis la capitale en 1950. Trois ans plus tard, le conflit s’était arrêté sur un cessez-le-feu, et non un traité de paix, ce qui fait que les deux pays sont encore techniquement en guerre et que la péninsule reste divisée par une zone démilitarisée (DMZ), en fait une frontière hérissée de miradors.

Aujourd’hui, le Nord est la cible de multiples trains de sanctions de l’ONU pour sa course vers l’arme atomique, quand le Sud s’est relevé en quelques décennies pour devenir la 11e économie mondiale.

Rapprochement spectaculaire

Cette visite prévue sur trois jours est le couronnement d’un spectaculaire rapprochement entre les deux pays après deux années de tensions extrêmes dues aux programmes balistique et nucléaire du Nord.

Le président sud-coréen Moon Jae-in, partisan déclaré du dialogue, qui a tout fait pour que ces JO soient ceux «de la Paix», a échangé une poignée de main avec Kim Yong-nam à l’occasion de la réception des dirigeants avant la cérémonie d’ouverture des JO, à laquelle assisteront également le vice-président américain Mike Pence et le premier ministre japonais Shinzo Abe.

Publicité