Europe

Des soldats américains débarquent en Ukraine

Le président Petro Porochenko a accueilli lundi 300 soldats de la 173e brigade aéroportée de l’armée américaine, qui vont former durant six mois un millier de combattants ukrainiens

Des soldats américains en Ukraine

Europe Mission de formation

Le président Petro Porochenko a accueilli lundi à Yavoriv, dans l’ouest de l’Ukraine, 300 soldats de la 173e brigade aéroportée de l’armée américaine, qui vont former durant six mois un millier de combattants ukrainiens.

Selon Matthew Carpenter, capitaine au sein du 191e escadron de reconnaissance, rattaché à la 173e brigade aéroportée de l’armée américaine, cette unité a déjà effectué ce type de mission «en Estonie, en Lituanie, en Lettonie, mais aussi en Roumanie, en République tchèque», et puis «la frontière de la Pologne n’est qu’à 50 km, alors on n’est pas trop dépaysé».

Le capitaine est arrivé il y a moins d’une semaine en Ukraine, comme 300 hommes de cette brigade, en provenance de Vicenza (Italie). Ces dernières années, l’opération «Trident rapide» avait déjà amené Américains et Ukrainiens à se côtoyer. Mais cette nouvelle opération, baptisée «Gardien intrépide», prend une tout autre saveur, dans le contexte de la guerre du Donbass.

Jusqu’à mars 2017, les soldats américains vont former plus d’un millier de soldats de la Garde nationale et de l’armée ukrainienne. Plus généralement, les Anglo-Saxons viennent au chevet de ces forces en restructuration. Avant l’été, 75 formateurs britanniques et 200 militaires canadiens arriveront sur place. Des soldats ukrainiens devraient être prochainement pris en charge par les forces polonaises.

«Nouvelle institution»

Dans un premier temps, c’est l’unité Jaguar de la Garde nationale, dont plusieurs membres reviennent du front, qui sera formée à Yavoriv. «L’objectif est de leur offrir les bons outils pour agir de manière collective, comme une organisation moderne, afin de protéger leur souveraineté», explique le capitaine Matthew Carpenter. «Plus que les soldats, c’est la chaîne de commandement qu’il faut changer», confiait récemment une source diplomatique à Kiev.

«Il ne s’agit ni plus ni moins que de renforcement de capacité, pour faire de l’armée une nouvelle institution, qui fera partie de la construction d’un nouveau pays», estime l’ambassadeur des Etats-Unis, Geoffrey Pyatt, qui accompagnait hier Petro Porochenko pour l’inauguration de l’opération.

A Moscou, la création d’un axe Atlantique-Ukraine, qui passerait par Varsovie, ne passe pas du tout. «La présence de spécialistes d’un pays tiers ne facilite pas le règlement du conflit», a indiqué vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La Russie pourrait trouver dans ce programme de formation de biens utiles arguments pour renforcer elle-même son soutien direct aux séparatistes de Donetsk et de Lougansk.

Publicité