accord

Le sommet UE/Canada est officiellement annulé, sans nouvelle date

Un grand flou règne sur la suite des démarches entre les deux côtés de l'Atlantique. Les instances belges poursuivent leurs négociations

Le sommet européen qui devait se tenir jeudi à Bruxelles pour signer l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada (CETA) «est annulé», a-t-on appris de source européenne. Les Belges, qui bloquent l’accord, n’étant pas encore parvenus à s’entendre sur une position commune.

«Le sommet d’aujourd’hui est annulé. Pour l’instant, aucune nouvelle date n’est fixée», a affirmé cette source à l’agence AFP. «La prochaine étape c’est que toute l’UE soit en capacité de signer l’accord», a-t-elle précisé. A Ottawa, le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait auparavant fait savoir qu’il annulait sa visite jeudi à Bruxelles.

Quatre réunions en 24 heures

Les différentes régions et communautés linguistiques belges se sont retrouvées jeudi matin – pour la quatrième fois en 24 heures – avec le gouvernement fédéral afin de parachever leur position.

«On a encore deux trois éléments de consolidation juridique à discuter, ça peut avancer assez rapidement», a déclaré à son arrivée le ministre-président de la région francophone de la Wallonie, le socialiste Paul Magnette, chef de file des opposants au CETA.

Lire aussi: Paul Magnette, le Wallon qui exige un autre accord avec le Canada

«Mais je rappelle que ceci ne sera encore que l’accord belge qui sera soumis à nos 27 partenaires» européens, a-t-il insisté. La Belgique doit ensuite envoyer sa position aux ambassadeurs des 27 Etats membres de l’UE à Bruxelles, dans la journée ce jeudi.

Notre éditorial: CETA, un raté monumental de l’UE


 

Ce qui bloque en Wallonie

Depuis plusieurs jours, le gouvernement fédéral belge tente en vain de convaincre la région francophone de Wallonie, la région de Bruxelles-Capitale et la Communauté française de revenir sur leur veto, qui bloque la signature du CETA par la Belgique et, en conséquence, par l’Union tout entière.

Après l’échec mercredi soir d’une énième réunion de concertation entre les représentants des différentes régions et communautés linguistiques de Belgique, qui ont toutes voix au chapitre, le gouvernement canadien avait finalement annoncé le report du déplacement de la délégation canadienne à Bruxelles.

Les dirigeants des instances européennes, tout comme le gouvernement canadien, s’étaient refusé jusqu’à présent à annuler le sommet UE-Canada de jeudi.

Les opposants belges au CETA s’opposent notamment au mécanisme d’arbitrage (ICS) instauré par le traité en cas de conflit entre un investisseur et un Etat. Ils craignent également que l’accord ne dégrade la filière agricole, un enjeu majeur en Wallonie.

A ce sujet: Comment la Wallonie parvient à bloquer l’accord de libre-échange avec le Canada

Publicité