«Bienvenue dans le royaume de la liberté!» plaisante Mohammed en ouvrant la porte de son studio de musique, au cœur de la banlieue d’Omdurman, dans le nord-ouest de Khartoum. «Vous pouvez dire ce que bon vous semble ici, pas de censure», poursuit le jeune homme, en refermant derrière lui à double tour.