La scène a un petit goût de la crise des missiles. Ce jour-là, le monde avait cessé de respirer alors que des navires soviétiques, transportant des armes nucléaires, voulaient rompre le blocus imposé par les Etats-Unis sur Cuba. Toutes proportions gardées, un autre blocus vient de céder: le Fortune, un tanker battant pavillon iranien a rejoint lundi les côtes du Venezuela, théâtralement escorté par des avions de chasse vénézuéliens. Au-delà de la transaction économique, c’est un double pied de nez adressé aux Etats-Unis, puisque les deux pays sont frappés par de lourdes sanctions américaines et sa politique de «pression maximale».