Le premier ministre britannique Boris Johnson a souligné, dimanche, l'«immense importance» de la relation entre le Royaume-Uni et la France, face à la fureur française après l'annonce d'un partenariat stratégique entre Washington, Canberra et Londres.

Le Royaume-Uni et la France ont «une relation très amicale», a déclaré, selon l'agence britannique Press Association, Boris Johnson à des journalistes à bord de l'avion qui l'emmenait à New York. «Notre amour de la France est indéracinable», a-t-il assuré lors de son voyage vers les Etats-Unis, où il doit assister à l'assemblée générale de l'ONU et rencontrer Joe Biden à la Maison-Blanche.

Lire aussi: Face à la «trahison» de Washington, Paris enrage sans pouvoir riposter

Les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni ont annoncé mercredi un partenariat stratégique pour contrer la Chine, AUKUS, incluant la fourniture de sous-marins américains à Canberra. «Ce partenariat n'est en aucun cas destiné à être une somme nulle, il n'est pas destiné à être excluant», a déclaré Boris Johnson, «ce n'est pas quelque chose dont qui que ce soit doive s'inquiéter et en particulier pas nos amis français».

Rencontre entre la ministre française des Armées et son homologue britannique annulée

La décision de l'Australie d'annuler le contrat d'achat de sous-marins à propulsion conventionnelle français d'un montant de 56 milliards d'euros en faveur de navires américains à propulsion nucléaire a suscité l'indignation de Paris.

Le président Emmanuel Macron a rappelé les ambassadeurs de France à Canberra et à Washington dans un geste sans précédent. Il doit s'entretenir «dans les tout prochains jours» avec son homologue américain Joe Biden, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

A ce sujet: La crise des sous-marins entre la France et l'Australie, ainsi que les Etats-Unis, s'envenime

Par ailleurs, une rencontre prévue cette semaine entre la ministre française des Armées Florence Parly et son homologue britannique Ben Wallace a été annulée à la demande de Paris, selon une source au ministère français.