Il est, depuis sa nomination, devenu le ministre de la «souveraineté européenne». Secrétaire d’Etat français pour les affaires européennes, Clément Beaune défend, dès qu’il le peut, l’idée que la pandémie justifie encore plus le besoin de faire face, à 27, aux défis sanitaires, sociaux et économiques engendrés par la pandémie. «Si nous réussissons à franchir cet examen de passage qu’est la vaccination massive du continent, nous aurons prouvé que l’Union nous rend plus forts ensemble», explique celui qui, entre 2017 et 2020, fut le «sherpa» d’Emmanuel Macron à l’Elysée pour les questions communautaires.

Lire aussi: Vaccins, les usines se multiplient en Europe