Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé vendredi à la vigilance dans l’organisation des matchs de l’Euro de football face à la montée actuelle du très contagieux variant Delta du nouveau coronavirus.

«Je pense qu’il est important que nous continuions à être très vigilants […] et cela vaut en particulier pour les grandes manifestations», a estimé la chancelière lors d’une conférence de presse avant un dîner de travail à Berlin le chef de l’Etat français. «C’est bien par exemple qu’à Munich il y ait 14 000 fans qui puissent se retrouver, bien sûr», comme ce fut le cas lors de la rencontre entre l’Allemagne et la France, a-t-elle poursuivi.

Présence du variant Delta en Grande-Bretagne

«Mais quand je vois des stades remplis dans d’autres pays d’Europe, je suis un petit peu sceptique et je me demande si c’est la bonne réponse à la situation actuelle», a-t-elle critiqué, dans une référence évidente à la Hongrie, seul pays organisateur de la compétition qui n’impose aucune jauge dans son stade pour cet Euro. «Nous ne pouvons pas faire comme si l’épidémie de Corona était passée», évoquant la situation à Lisbonne qui a dû rétablir des mesures de restriction face à une résurgence des infections, a-t-elle insisté.

Interrogé sur les risques éventuels liés aux demi-finales et finale qui seront jouées à Wembley en Grande-Bretagne où le variant Delta a causé la aussi une remontée des infections, Emmanuel Macron a promis une «situation de grande vigilance». «Tous nos joueurs et nos équipes sont, comme vous le savez dans des bulles sanitaires, c’est-à-dire qu’ils ont été isolés […] donc pour ce qui est de nos équipes les précautions sont prises, la question qui reste posée ici (pour) la finale va évidemment être pour les supporters et l’encadrement», a-t-il souligné.

Lire aussi: Le variant Delta 60% plus contagieux, selon les autorités sanitaires britanniques

Priorité à «la santé publique»

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré pour sa part que sa priorité était «la santé publique», davantage que le maintien des demi-finales et de la finale, alors que des sources ont confirmé à l’AFP que l’UEFA envisageait de déplacer ces matches à Budapest.

«Nous serons évidemment en lien avec eux pour que les conditions soient les meilleures», a ajouté M. Macron, alors que l’équipe de France est un grand favori du tournoi.

A cet égard, il a confié avoir «échangé» avec la chancelière après la victoire des Bleus contre l’équipe d’Allemagne (1-0) mardi. «Certes la France a battu la Mannschaft dans ce premier match de poule mais c’est une équipe que nous respectons profondément et nous avons suffisamment perdu de matches pour rester humbles et concentrés en ce début de compétition», a-t-il dit.

Lire aussi: La France est-elle devenue la Mannschaft?