L’administration Trump a placé sur une liste noire la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, et d’autres collaborateurs, imposant un gel de leurs avoirs aux Etats-Unis et une interdiction d’accès au système financier américain. Face à ces mesures, l’Union européenne s’est insurgée, soulignant qu’elle est «fermement opposée à toutes les tentatives de saper le système international de justice pénale». Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a vertement dénoncé cette «attaque grave» contre la CPI et contre «l’indépendance de la justice». Ex-ambassadeur pour les crimes de guerre de l’administration Obama et ex-procureur en chef du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, Stephen Rapp commente cet épisode inédit dans le bras de fer Etats-Unis-CPI.

Lire: Washington impose des sanctions inédites contre la procureure de la Cour pénale internationale