radicalisation

Strasbourg, foyer djihadiste

L’Alsace est une des régions les plus «contaminées» par le djihadisme, selon les recensements français. Plusieurs filières démantelées en France étaient d’ailleurs ancrées dans ce département

La carte dit l’ampleur du risque. Publiée pour la première fois en 2016, la répartition géographique des quelque 4000 individus considérés comme le «haut du spectre» du Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) montre l’Alsace comme l’une des régions françaises les plus «contaminées» par le djihadisme. Près de 500 personnes – dont sans doute Chérif Chekkat, le meurtrier du marché de Noël – étaient encore suivies cette année dans les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin par les services du renseignement intérieur.

Lire aussi: Les théories du complot fleurissent après l’attentat de Strasbourg

Cette réalité statistique est à mettre en parallèle avec les filières djihadistes démantelées dans le passé à Strasbourg. Le 16 décembre 2004, dix membres du «groupe de Francfort» – accusés d’avoir fomenté un attentat contre le marché de Noël de la ville – sont condamnés à des peines allant de 1 à 10 ans de prison. En juillet 2016, sept Strasbourgeois ont écopé de 6 à 9 ans de détention pour avoir rejoint la zone irako-syrienne en 2013. Des filières dont émergent plusieurs noms comme celui de Foued Mohamed-Aggad, l’un des terroristes tués au Bataclan le 13 novembre 2015 (dont le frère Karim a fait partie des prévenus condamnés en 2016) ou Oumar Diaw, un Franco-Sénégalais présumé mort en Syrie en 2016 et soupçonné d’avoir cherché – déjà – à s’en prendre en 2015 à ce même marché de Noël.

Quartier pauvre

Les quartiers populaires de Strasbourg et des environs se retrouvent à chaque fois au cœur des investigations. Oumar Diaw, au nom de guerre Abou Baroo, a grandi à Schiltigheim, dans le quartier du Marais. Foued Mohamed-Aggad était un enfant de Wissembourg, à la frontière allemande. Chérif Chekkat vivait, lui, au Neudorf, autour du Port autonome de Strasbourg, considéré comme le quartier le plus pauvre de la métropole alsacienne.

Publicité