incendie

Stupéfait, le monde voit brûler la cathédrale Notre-Dame de Paris

Un incendie ravage le bâtiment magnifié par Victor Hugo, si cher à l'imagerie mondiale de la capitale française. La flèche s'est effondrée. Le président Emmanuel Macron a reporté une annonce à la nation

La cathédrale Notre-Dame de Paris est touchée par un incendie dont l'ampleur ne cesse d'être réévaluée à la hausse. Les flammes sont apparues vers 18h50 sur un échafaudage. Le monument, l'un des plus visité d'Europe, est en travaux, une lourde rénovation prévue sur deux ans. Une partie de l'île de la cité a été évacuée, dont les urgences de l'hôtel-Dieu, voisin de la cathédrale, a expliqué un médecin sur place.

L'incendie, qui s'est propagée extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers, évoquant «un feu difficile». Il semble être parti au niveau d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construit entre le XIIe et le XIVe siècle.

«Tout est en train de brûler»

«Tout est en train de brûler. La charpente, qui date du XIXe siècle d'un côté et du XIIIe de l'autre, il n'en restera plus rien», a indiqué à l'AFP André Finot, le porte-parole de Notre-Dame. Selon lui, le feu s'est déclaré aux alentours de 18h50.

«Il faut voir si la voûte, qui protège la cathédrale, va être touchée ou pas», a-t-il ajouté, «les objets sacrés sont préservés dans la sacristie, normalement il n'y a pas de risque que des choses soient brûlées».

Les stratégies possibles

«Mes collègues vont sans doute privilégier d'aller à l'intérieur mais le but est de ne pas perdre des hommes», a indiqué à l'AFP un pompier. Il existe aussi la possibilité d'«utiliser des grandes échelles avec des bras élévateurs articulés, avec une nacelle au bout», a-t-il ajouté.

Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les causes d'un sinistre qui a semé la stupeur dans la capitale.

La maire de Paris Anne Hidalgo a qualifié de «terrible incendie» les flammes qui ravagent la cathédrale, l'un des piliers touristiques de la capitale française.

«Un terrible incendie est en cours à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les @PompiersParis sont en train de tenter de maîtriser les flammes» a tweeté la maire, alors que des flammes impressionnantes dévoraient la toiture du monument gothique du Moyen-âge, en plein cœur de Paris sur l'île de la Cité.

A 19h40, des observateurs ont fait état d'un écroulement du toit de la cathédrale. Quelques minutes plus tard, l'effondrement de la flèche a été confirmé.

Depuis, les pompiers arrosent le toit, mais la puissance du brasier paraît pour l'heure difficile à maîtriser.

Report d'une allocution

Le président Emmanuel Macron, qui devait s'adresser au pays après la «grand débat national», a décidé de reporter son allocution. Le chef de l'Etat s'est rendu sur place, avec son ministre de l'Intérieur.

13 millions de visiteurs

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne. Environ 13 millions de touristes visitent le bâtiment chaque année.

La cathédrale a été construite depuis 1163. Elle a accueilli des couronnements de gouvernants, dont Napoléon 1er en 1804. Elle a aussi été utilisée pour des cérémonies religieuses d'enterrements, du général de Gaulle en 1970, de Georges Pompidou (1974) et de François Mitterrand, en 1996.

Un monument culturel

Symbole de Paris, Notre-Dame figure aussi bien au cœur du roman de Victor Hugo qui porte son nom, publié en 1831, que de nombreuses représentations iconographiques et cinématographiques.

Des réactions qui affluent

Les hommages et messages de soutien se multiplient dans le monde. Le président américain Donald Trump tweete frénétiquement émois et conseils pratiques. Le gouvernement allemand parle d'un incendie qui «touche nos cœurs». Angela Merkel déplore les dégâts d'«un symbole de la France et de notre culture européenne». Le Vatican exprime son «incrédulité» et sa «tristesse» lundi soir alors qu'un incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris, que le Saint-Siège qualifie de «symbole de la chrétienté, en France et dans le monde». «Nous exprimons notre proximité avec les catholiques français et avec la population parisienne. Nous prions pour les pompiers et pour tous ceux qui font leur possible pour faire face à cette situation dramatique», a ajouté le porte-parole du Vatican dans un communiqué. Quant à la première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, celle-ci adresse ses «pensées» aux Français. 

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est déclaré lundi «horrifié par les images de l'incendie qui dévaste la cathédrale de Notre-Dame - un joyau unique du patrimoine mondial qui règne sur Paris depuis le 14e siècle».

Dans un tweet, l'ex-Premier ministre portugais ajoute que ses «pensées vont au peuple et au gouvernement français».

Du côté du gouvernement français

Le Premier ministre français Edouard Philippe a exprimé lundi une «tristesse au-delà des mots» devant l'incendie dévastateur de Notre-Dame de Paris, soulignant que les pompiers tentaient de «préserver ce qui peut l'être». «Notre tristesse est au-delà des mots mais nous sommes encore dans le combat. Ce soir les pompiers se battent, héroïques, contre le feu, pour préserver ce qui peut », a réagi le chef du gouvernement sur Twitter.

Explorez le contenu du dossier

Publicité