Un crime de guerre de plus que la Cour pénale internationale (CPI) peut poursuivre. Vendredi, la Suisse a réussi, en un an et demi, à faire adopter à l’unanimité par l’Assemblée des Etats parties au Statut de Rome réunie ces jours à La Haye un amendement reconnaissant qu’affamer des populations civiles lors d’un conflit armé interne ou empêcher l’accès de l’aide humanitaire constitue un crime de guerre dont la CPI peut se saisir.