Les départements du Gard et de l’Hérault sont maintenus en vigilance rouge en raison de l’arrivée d’un épisode pluvio-orageux actif exceptionnel, a annoncé dimanche Météo France qui a aussi annoncé la levée du suivi pour le département de l’Aude.

A 05h00 du matin, les deux départements en rouge étaient encore épargnés, ont indiqué les pompiers du Gard, de l’Hérault, et de la Lozère.

Nous sommes toujours l’arme au pied, prêts à affronter la tempête, qui est attendue dimanche matin, a résumé le commandant Guillaume, au Codis du Gard, dont les hommes n’ont pour l’instant effectué aucune intervention.

Car, la période d’accalmie touche à sa fin, ajoute Météo France dans son communiqué publié à 6 h dimanche en précisant que des pluies modérées ont débuté sur l’Hérault, elles s’intensifient en remontant vers le relief. Des averses commencent à concerner également les Cévennes gardoises et le relief de la Lozère limitrophe.

Un nouvel épisode de fortes précipitations se confirme et se met en place en cours de matinée de dimanche de l’Hérault au Gard et sur la partie cévennole de l’Ardèche et de la Lozère, poursuit Météo France. Les pluies orageuses s’intensifient en fin de matinée et également de nouveau dans la soirée de lundi

L’Ardèche et la Lozère oint été maintenus en vigilance orange par Météo France.

Ce nouvel épisode est durable car le risque de fortes pluies orageuses va persister jusqu’à lundi à la mi-journée avec des phases plus ou moins actives qui se succéderont, ajoute l’agence météorologique qui prévoit que les cumuls attendus en 24 heures sont de l’ordre de 100 à 200mm localement 200 à 300 mm sur le relief cévennol.

Ces cumuls peuvent de plus être atteints en quelques heures notamment sur le Gard et l’Hérault, prévient Météo France.

Dans le Gard, les précipitations, dont le cumul devrait être compris entre 100 et 200 millimètres, sont attendues en fin de matinée. L’épisode pluvieux, dont le pic est prévu dans l’après-midi, devrait toucher d’abord les Cévennes (secteur d’Alès), puis les piémonts, la plaine (Nîmes) et la Vallée du Rhône.

Dans l’Hérault, l’épisode pluvieux devrait connaître son pic vers 10h00 du matin, dimanche, a indiqué le capitaine Olivier Hayez (Codis de l’Hérault).

«Nous sommes en situation d’attente», a résumé Cathy Dannino, chef adjointe au service communication régional interministériel de la préfecture de région Languedoc-Roussillon. Les cours d’eau sont toujours très hauts, et les sols gorgés d’eau , après les violentes précipitations du 29 septembre et du 6 octobre, rappelle Olivier Hayez.

Pour faire face à la situation, l’Etat a annoncé l’envoi de renforts en sapeurs-pompiers et militaires de la Sécurité civile: 448 personnels répartis en 12 groupes de sauvetage en eaux vives et 17 autres groupes formés pour agir face aux inondations.

Au total ce sont plus de 750 hommes avec leurs matériels et véhicules qui oeuvrent au profit des communes sinistrées, avec six hélicoptères de la sécurité civile sur zone ou en alerte, a précisé le préfet de la zone sud.

Dans le Gard, les orages vendredi puis dans la nuit de vendredi à samedi n’avaient fait ni mort ni blessé. Mais ils avaient causé d’importants dégâts, notamment sur les routes.

Entre Nîmes et Alès, la circulation des trains est restée interrompue samedi.

Pendant l’accalmie de samedi, les sapeurs-pompiers n’ont effectué dans le Gard que des missions d’assistance et de nettoyage, a indiqué un de leurs porte-parole. Le seul secteur où nos pompiers sont intervenus samedi pour autre chose que du soutien à la population a été la vallée de la Cèze, près de Bagnols, en raison de la crue du cours d’eau. Deux personnes ont été évacuées préventivement de leur maison où l’eau montait, a-t-il précisé.

Au total dans le Gard, depuis jeudi soir, les pompiers ont effectué plus de 640 interventions et plus de 500 personnes ont été secourues, selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.