Une vague d’attaques mercredi a été l’une des plus meurtrières depuis des mois dans cette région frontalière de la Malaisie où sévit une rébellion séparatiste depuis plus de cinq ans.

Depuis janvier 2004, plus de 3900 personnes, musulmans ou bouddhistes, ont trouvé la mort dans des violences qui affectent ces trois provinces, ainsi que certains secteurs de Songkhla, dans l’extrême sud du royaume thaïlandais.

Dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu’au début du XXe siècle, des groupes rebelles luttent contre la domination de Bangkok qui a déployé d’importantes forces de sécurité.

La population de l’extrême sud est très majoritairement d’ethnie malaise et de confession musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste.