L’essentiel

Les autorités ont multiplié mardi les appels à la vaccination à destination des jeunes adultes lors de la conférence hebdomadaire de l’OFSP.

Le Canton de Vaud a présenté un plan à 5 millions de francs pour soutenir les jeunes en temps de pandémie.

Près de 200 000 auto-tests de dépistage du Covid-19, d’un fabricant australien, ont été rappelés des Etats-Unis en raison d’un risque accru de faux positifs

La Russie a enregistré, ces dernières 24 heures, 929 décès causés par le nouveau coronavirus.

Retrouvez notre résumé du mardi 5 octobre

 


■ La Suède suspend le Moderna pour les moins de 30 ans

La Suède a suspendu mercredi «par précaution» le vaccin anti-Covid de Moderna pour les moins de 30 ans. Il peut provoquer une inflammation cardiaque chez les jeunes, mais cette probabilité reste toutefois "minime".

Le Danemark et la Norvège ont eux aussi clarifié l'emploi du vaccin Spikevax, le nom du vaccin de Moderna, désormais formellement déconseillé pour les moins de 18 ans.


■ Les cantons romands sceptiques face à l’introduction d’un bon de 50 francs

Après le canton de Vaud, Neuchâtel a qu’il «n’appliquera pas la mesure des bons de 50 francs pour inciter à la vaccination». Plusieurs conseillers d’Etat chargé de la santé avaient déjà évoqué ouvertement leur désaccord avec cette proposition du Conseil fédéral. Vendredi dernier, Mauro Poggia, ministre genevois, avait indiqué à la RTS que cette proposition «n’était pas dans la mentalité habituelle de la Suisse». A ses yeux, cette mesure, qui le laisse «personnellement sceptique», est «aussi un aveu d’impuissance.» Fribourg parle d’une forme de «chantage» et d’une mesure discutable sur le plan éthique.


■ France: les autorités de santé recommandent une 3e dose de vaccin pour les soignants

Tous les soignants devraient pouvoir recevoir une «troisième dose» de vaccin, ainsi les personnels du transport sanitaire, ont estimé mercredi les autorités sanitaires françaises, ce rappel étant jusqu’alors réservé aux personnes âgées et à risque. La Haute autorité de santé (HAS) «préconise également de le proposer à l’entourage des personnes immunodéprimées», ajoute-t-elle dans cet avis que le gouvernement doit désormais choisir de suivre ou non.

En France, une campagne de rappel est déjà en cours depuis septembre, face à la perte d’efficacité des vaccins anti-Covid au cours du temps, malgré une protection toujours élevée contre les formes graves de la maladie. Mais jusqu’à maintenant, seuls les plus de 65 ans et les personnes à risque, comme les diabétiques, pouvaient en bénéficier. Cela concernait 18 millions de personnes.

L’Autorité européenne du médicament a changé la donne mercredi. Elle a autorisé la généralisation d’un rappel à tous les adultes, laissant aux autorités de chaque pays de l’Union européenne (UE) le choix précis des personnes concernées. Cette dose de rappel doit pour l’heure forcément venir d’un vaccin Pfizer/BioNTech, basé sur la technologie de l’ARN messager.


■ Les joueurs du Hertha Berlin non-vaccinés devront payer eux-mêmes leurs tests

Le Hertha Berlin va exiger que ses joueurs et les membres de son staff qui refusent de se faire vacciner paient leurs propres tests à l’avenir, a confirmé mercredi le club de Bundesliga. Selon les règles de la Ligue allemande de football, les joueurs doivent subir un test PCR deux fois par semaine, mais le Hertha fait tester son personnel six fois par semaine. En Allemagne, les tests PCR coûtent environ 70 euros l’unité.

Le directeur sportif du club Fredi Bobic a déclaré au quotidien allemand Bild que «90% des joueurs et du staff sont vaccinés». Plus de 82% de tous les joueurs de Bundesliga seraient par ailleurs vaccinés. Le Hertha a déjà été mis en quarantaine deux fois cette année en raison d’un début de foyer épidémique en son sein.


■ Le canton de Vaud émet «des réserves» sur la prime de 50 francs

Si le canton de Vaud soutient «sur le principe» le projet d’intensification de la campagne de vaccination mis en consultation par le Conseil fédéral, il émet quelques réserves sur l’idée d’une prime de 50 francs pour incitation à la vaccination. Dans un communiqué envoyé à la presse mercredi après-midi, le canton propose une stratégie alternative: offrir une sérologie chez les personnes hésitantes afin de déterminer leur taux d’immunité.

En outre, le canton dit vouloir favoriser une approche solidaire qui permette au bénéficiaire d’attribuer une «prime» à des programmes de vaccination dans des pays à faible couverture vaccinale «ou à des ONG et institutions internationales qui œuvrent dans ce sens».

L’exécutif vaudois se dit par contre favorable à une semaine nationale de la vaccination déployée simultanément dans tous les cantons suisses.


■ La Suède suspend «par précaution» le vaccin Moderna pour les moins de 30 ans

La Suède a annoncé mercredi suspendre «par précaution» le vaccin anti-Covid de Moderna pour les moins de 30 ans en raison d’un risque d’inflammation cardiaque chez les jeunes, en soulignant que la probabilité de cet effet secondaire était toutefois «minime».

Cette décision est prise «après des signes de risque accru d’effets secondaires comme les inflammations du myocarde et du péricarde», précise l’autorité de santé publique (FHM). Selon l’agence, le risque est plus marqué après la deuxième dose et chez les sujets masculins. «Mais le risque d’être atteint est minime, c’est un effet secondaire très rare», souligne-t-elle.

«La myocardite et la péricardite disparaissent souvent d’elles-mêmes, sans causer de problèmes durables, mais les symptômes doivent être évalués par un médecin», explique l’agence. L’Agence européenne du médicament avait étendu en juillet son autorisation du vaccin Moderna aux 12-17 ans.


■ Pas de primes covid du canton du Jura au personnel de la santé

Le Gouvernement jurassien ne veut pas donner suite à la demande de verser une prime covid au personnel de la santé publique. Dans un rapport publié mercredi en réponse à un postulat, il relève que l’octroi d’une telle indemnité est inadéquat et pose de sérieux problèmes aussi bien d’ordre pratique que financier

«La reconnaissance mérite de s’inscrire dans la durée», a souligné le gouvernement qui estime qu’elle ne saurait donc prendre la forme d’une prime unique. Pour lui, l’argent n’est pas la seule preuve de gratitude possible envers ces professionnels accompagnant les malades et les aînés.

Se pose aussi aux yeux de l’exécutif la question de savoir pourquoi seul le personnel de la santé mériterait une telle prime, estimant que d’autres domaines sont aussi fortement sollicités durant la pandémie. Il ajoute que les salaires du domaine des soins à la personne restent décents au vu des salaires moyens cantonaux.

Le Gouvernement jurassien juge que la hauteur du montant pose problème. Une prime trop basse ne constituerait pas une vraie reconnaissance alors qu’un montant trop élevé aurait des effets financiers que les comptes de l’Etat ne pourraient pas supporter.


■ Union européenne: plus de 75% de la population adulte est vaccinée

La Commission européenne a annoncé sur son compte Twitter que plus de 75% de la population adulte des 27 pays membres de l’Union était complètement vaccinée.


■ Les Emirats ont «surmonté» la crise du coronavirus, assure le prince d’Abou Dhabi

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, dirigeant de facto des Emirats arabes unis, a affirmé mercredi que ce riche pays du Golfe avait «surmonté» la crise liée au coronavirus, le nombre de cas étant en forte baisse. Mercredi, le pays comptait trois décès et 156 nouveaux cas de contamination au Covid-19. Mardi, il s’agissait d’un décès et 176 cas.

«Nous avons surmonté la crise du coronavirus […] et nous en avons tiré de nombreuses leçons, a déclaré le prince, dans une vidéo publiée par l’agence officielle émiratie WAM. La situation sanitaire aux Emirats est bonne […], nos vies doivent revenir à la normale.» «Nous devrons peut-être changer un peu nos habitudes», a-t-il ajouté, sans autres précisions.

Depuis plusieurs mois, la vie quotidienne a repris son cours normal dans l’ensemble des Emirats, où le masque reste malgré tout obligatoire en intérieur comme en extérieur. Selon des données communiquées lundi par le ministère de la Santé, environ 84% de la population est complètement vaccinée et près de 95% a reçu une dose de vaccin.


■ La Suisse compte 1091 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte mercredi 1091 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’OFSP. On déplore six décès supplémentaires et 38 malades ont été hospitalisés. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32’538 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 3,35%.

Au total 10’586’316 doses de vaccin ont été administrées et 59,47% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu’à présent 12’517’425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6’430’294 personnes vaccinées.


■ A Singapour, des robots contrôlent le respect de la distanciation sociale

De nouveaux robots sur roues dotées de sept caméras patrouillent dans les rues singapouriennes et réprimandent les habitants se livrant à des «comportements sociaux indésirables.» Parmi ceux-ci: fumer dans une zone non autorisée, mal garer son vélo ou ne pas respecter les règles de distanciation sociale liées au Covid-19.

Pendant une patrouille récente, l’un des robots baptisés «Xavier» s’est déplacé vers des immeubles d’habitat social et s’est arrêté devant un groupe de retraités qui regardaient une partie d’échecs.

Veuillez garder un mètre de distance, ne vous regroupez pas à plus de cinq personnes s’il vous plaît», a lancé le robot en dirigeant sa caméra vers le groupe.

Un nouveau dispositif de surveillance qui vient s’ajouter à une panoplie déjà bien fournie: l’île dispose déjà d’un grand nombre de caméras et de lampadaires équipés de technologie de reconnaissance faciale, permettant aux autorités de suivre les mouvements des résidents.

Le gouvernement promeut depuis longtemps l’idée d’une «smart nation» hyperefficace et à la pointe de la technologie. Les militants estiment cependant que le droit à la vie privée est sacrifié et que les habitants n’ont pas assez de contrôle sur l’utilisation de leurs données.


■ Le confinement aggrave la pauvreté dans les bidonvilles de Nouméa

Les habitants des «squats», sortes de bidonvilles de Nouméa et sa périphérie, subissent de plein fouet les conséquences sociales et économiques du confinement strict mis en place depuis un mois en Nouvelle-Calédonie. Depuis le 6 septembre, le très contagieux variant Delta s’est répandu comme une traînée de poudre sur le Caillou. En un mois, plus de 8 500 cas de covid et 165 morts ont été recensés. Le confinement de la population a été prolongé vendredi dernier jusqu’au 17 octobre.

Dans le squat de Fort Tereka, où vivent 83 familles dans des cabanes construites avec des tôles et des matériaux hétéroclites, l’association Action solidaire née en 2020 distribue des masques et des attestations de déplacement. «On a aussi beaucoup de demandes de nourriture, indique un bénévole, Marcel Toyon. C’est le deuxième confinement cette année – après celui de mars. Il y a des familles qui commençaient à peine à se remettre, et patatras.»

Selon le dernier recensement de 2019, 3 850 personnes résident dans la cinquantaine de squats de la capitale et de sa banlieue. En cette période d’épidémie, ils sont encore plus nombreux à y avoir trouvé refuge. Environ 42% des occupants de ces cabanes déclarent une activité, mais il s’agit la plupart du temps d’emplois précaires et supprimés en cette période de ralentissement de l’activité.

Sur place, les problèmes d’eau d’électricité sont récurrents, la grande majorité des foyers étant alimentés par des générateurs. Dans deux squats, le gouvernement a fait livrer en urgence cette semaine des cuves de 3 000 litres. Alors que les écoles sont fermées, les enseignants ont imprimé la continuité pédagogique sur papier pour les familles qui ont difficilement accès au numérique. Mais toutes ne sont pas venues chercher les devoirs, notamment faute de transports.

Selon une récente étude de l’ISEE, l’institut local de la statistique, un Calédonien sur 5, soit près de 50 000 personnes, vit sous le seuil de pauvreté.


■ En Russie, plus de 900 morts du Covid-19 en 24 heures

Selon le dernier bilan du gouvernement, la Russie enregistre ce mercredi pour la première fois plus de 900 décès dus au Covid-19 en 24 heures: 929 personnes sont décédées depuis la veille.

La flambée épidémique en cours a contraint plusieurs régions du pays à réintroduire des restrictions sanitaires.


■ Le vaccin de Johnson & Johnson fait son entrée en Suisse

A l’instar d’autres cantons, Vaud et Fribourg proposent le vaccin de Johnson & Johnson (Janssen) à partir de mercredi. Dans le canton d’Argovie, des doses sont également administrées dès aujourd’hui.

En Suisse romande, le canton du Valais a annoncé que le vaccin de Johnson & Johnson serait proposé à partir de vendredi. Il devrait également prochainement être disponible dans le canton du Jura, uniquement sur rendez-vous.

Le vaccin à vecteur adénoviral de Johnson & Johnson est destiné aux personnes qui ne peuvent pas recevoir de vaccins à ARNm pour des raisons médicales ou qui refusent de se faire vacciner avec ceux-ci. Le produit ne nécessite qu’une injection. Il n’est pas recommandé aux personnes immunodéficientes ni aux femmes enceintes. Il est réservé à des personnes de 18 ans et plus.


■ Une entreprise australienne rappelle 200 000 tests de dépistage

Le fabricant australien de technologies médicales Ellume a déclaré avoir rappelé près de 200 000 auto-tests de dépistage du Covid-19 aux Etats-Unis en raison d’un risque accru de faux positifs.

L’Agence américaine des médicaments (FDA) a alerté mardi sur le «risque de résultats faussement positifs avec certains lots du test à domicile Covid-19 d’Ellume, en raison d’un problème de fabrication récemment identifié». Les résultats négatifs ne semblent quant à eux «pas être affectés par le problème de fabrication», précise le communiqué.

«Je présente mes sincères excuses – et les excuses de toute notre entreprise – pour le stress ou les difficultés que les gens ont pu rencontrer à cause de résultats faussement positifs», a déclaré le fondateur d’Ellume Sean Parsons.