«Nous, nous parlons, nous ne nous battons pas»: à deux pas de l'artère piétonne où s'est produit le carnage au cœur de Stockholm, ils sont venus par milliers dimanche manifester leur unité face au terrorisme. Plus de 20 000 personnes, selon la mairie, se sont rassemblées pour rendre hommage aux victimes et exprimer leur rejet de la violence, deux jours après une attaque au camion bélier qui a fait quatre morts et 15 blessés dans la capitale suédoise.

«C'est très important de rester forts ensemble, de se battre contre tout ce qui met en danger notre société qui est basée sur la démocratie. Nous, nous parlons, nous ne nous battons pas», a témoigné Marianne. «On dialogue, on ne se bat pas», a-t-elle dit. Dans la foule recueillie, une femme a offert des roses à des policiers en tenue. «Merci», leur a-t-elle lancé en souriant.

Une «manifestation pour l'amour»

Mikael Berggren, un Stockholmois de 36 ans, est venu avec ses deux enfants de trois et un an dire la nécessité de continuer à vivre normalement dans une ville généralement très sûre. «L'attentat ne changera rien», a-t-il assuré. La «manifestation pour l'amour», dont l'initiative avait été lancée sur Facebook, s'est tenue à proximité immédiate du grand magasin dans lequel le camion s'est encastré après avoir foncé dans la foule sur l'artère piétonne la plus fréquentée de la ville vendredi après-midi.

Selon la police suédoise, l'auteur de l'attaque est un Ouzbek de 39 ans montrant un intérêt pour les groupes jihadistes et sous le coup d'une procédure d'expulsion.

A ce sujet: Attentat à Stockholm: les identités de l’auteur et des victimes précisées

La «fierté» de la maire

Sous un beau soleil, les «manifestants pour l'amour» ont écouté des artistes, faisant des signes de paix de la main. Rikard Wolff, un comédien et chanteur très populaire dans le pays scandinave, a chanté «L'hymne à l'amour» d'Édith Piaf dans sa traduction suédoise. La maire de Stockholm, Karin Wanngård, a vanté «une ville ouverte, éprise de démocratie et de tolérance». «Stockholm est notre ville, une ville dont nous sommes fiers, où nous aimons être. La peur ne peut régner, le terrorisme ne peut jamais gagner», a déclaré la responsable sociale-démocrate en s'adressant aux participants.

Bras dessus bras dessous près de drapeaux suédois en berne, la foule a observé une minute de silence. «On ne laissera pas la peur nous dérouter de notre ambition d'être le meilleur pays au monde», a affirmé l'organisateur de l'événement, Damon Rasti. «Quand la tempête se déchaîne, on se tient la main et on ne laisse rien ni personne nous changer pour le pire», a-t-il dit.

De Lund, au sud, à Umeå dans l'extrême-nord, d'autres manifestations ou veillées étaient prévues à travers le pays.