Bernard Tapie était atteint d'un double cancer de l’œsophage et de l'estomac et en avait souvent parlé ces dernières années.  La nouvelle de son décès, ce matin, entouré des siens, a été donnée par la famille au groupe La Provence – dont l'homme d'affaires était l'actionnaire majoritaire – et par le maire de Marseille, la ville absolument indissociable de Bernard Tapie, même s'il était né à Paris. C'est là qu'il souhaite être enterré, a fait savoir sa famille ce matin. 

Lire aussi son portrait:  Bernard Tapie, l'homme que la France aimait admirer et détester

«Dominique Tapie et ses enfants ont l'infinie douleur de faire part du décès de son mari et de leur père, Bernard Tapie, ce dimanche 3 octobre à 8h40, des suites d'un cancer», précise le communiqué envoyé à la Provence. Sur son compte Instagram, Stéphane Tapie, l'un des fils de l'ancien homme d'affaires, a confirmé l'information d'un court message, «Au revoir mon Phénix», en légende d'une photo en noir et blanc de lui et son père.

Homme d'affaires, qui s'est fait connaître du grand public avec la reprise d'entreprises en faillite qu'il rachetait pour un franc avant de les revendre un bon prix une fois les entreprises «assainies» (entendez: une fois les licenciements faits), capable de donner la réplique à Jean-Marie Le Pen, ministre de la Ville sous François Mitterrand, président de l'Olympique de Marseille, souvent passé par la case justice en raison de démêlés fiscaux, charismatique ou détesté, Bernard Tapie le flamboyant et ses 1000 vies ont marqué son époque.

Lire également notre éditorial:  Bernard Tapie, le populiste qui aimait les Français

Célèbre pour son franc-parler, ses frasques, ses affaires économiques comme judiciaires, et son amour du sport, l'homme aux allures de boxeur était devenu moins clivant ces dernières années. Son parcours a accompagné tout le paysage politique et économique français des années 1980 jusque dans les années 2010, avec ces noms qui résonnent, d'Adidas au Crédit Lyonnais en passant par Testut, l'affaire OM/VA, ou encore le Phocéa.

Lire encore: Le Phocéa, de rouille et d’eau

Bernard Tapie avait envisagé de se domicilier fiscalement en Suisse à l'époque de l'affaire du Credit Lyonnais, expliquait un article du Point il y a quelques années, mais le maire de Genève avait mis son veto.

Torrent de réactions 

Les réactions à son décès fusent depuis ce matin. Le premier ministre français Jean Castex a été un des premiers à lui rendre officiellement hommage, parlant d'un «combattant».

Emmanuel Macron et son épouse se sont dit «touchés», dimanche, par la mort de Bernard Tapie, «dont l’ambition, l’énergie et l’enthousiasme furent une source d’inspiration pour des générations de Français (...) Cet homme qui avait une combativité à déplacer les montagnes et à décrocher la lune ne déposait jamais les armes, et livra bataille contre le cancer jusqu’à ses derniers instants» ajoute le communiqué de l'Elysée.

Celui qui fit rêver les Français: c'est aussi ce qu'en célèbre l'animateur de télévision Cyril Hanouna:

«L’Olympique de Marseille a appris avec une profonde tristesse la disparition de Bernard Tapie, réagit l'OM. Il laissera un grand vide dans le cœur des Marseillais et demeurera à jamais dans la légende du club». Des centaines d'anonymes avaient déjà réagi sur Instagram ou Twitter, quelques minutes après l'annonce du décès.

Le PSG aussi présente ses condoléances à la famille et aux proches de Bernard Tapie, ainsi qu'à l'OM, communique-t-il sur Twitter. «Le Club leur apporte son soutien et sa solidarité. Il laissera le souvenir d’un homme profondément passionné».

Un «battant», «homme de défis» selon la légende du cyclisme Bernard Hinault; Bernard Tapie, décédé dimanche fut le créateur de l'équipe La Vie Claire, la dernière du champion français. «C'était un personnage hors du commun, a déclaré à l'AFP Bernard Hinault, à qui Tapie, alors homme d'affaires peu connu, avait tendu la main fin 1983 pour bâtir une équipe autour de lui. «Je sortais d'une opération, il m'a fait confiance», a rappelé le Breton, qui allait ensuite gagner en 1985 un cinquième Tour de France sous les couleurs de La Vie Claire avant de terminer sa carrière, l'année suivante, en enflammant le Tour gagné par son coéquipier américain Greg LeMond. «Je l'avais eu au début de l'année au téléphone. Il m'avait dit: "On s'accroche. Il faut se battre, il faut y croire". C'était son côté battant», a ajouté Hinault qui a fait part de sa «tristesse».

Ce sont surtout des milliers d'anonymes qui réagissent sur les réseaux sociaux ce dimanche, saluant un ambitieux qui ne se laissait abattre par rien ni personne, un amoureux du sport, un passionné.

Lire enfin notre dernier article qui lui est consacréRaoult et Tapie, deux pyromanes dans le brasier France