L'essentiel

Espérant donner un coup de pouce au secteur touristique, le Portugal autorise les voyages touristiques pour la plupart des Européen dès la semaine prochaine

L'OFSP confirme que 129 personnes vaccinées contre le Covid-19 sont retombées malades en Suisse.

Accusé d'avoir retardé le durcissement des frontières pour les voyageurs venus d'Inde, le gouvernement britannique se défend

Retrouvez notre suivi de la journée de samedi


■ Le Portugal ouvre ses portes au tourisme européen à partir de lundi

Le Portugal, qui autorise à partir de la semaine prochaine les voyages touristiques pour la plupart des Européens, espère donner un coup de pouce à une filière, principal moteur de son économie.

Après le Royaume-Uni la veille, le Portugal a autorisé samedi «tous types de voyage» y compris «les voyages non essentiels», à partir de lundi, pour la plupart des pays européens dont le taux d'incidence est «inférieure à 500 cas pour 100.000 habitants au cours des 14 derniers jours», selon un communiqué du ministère de l'Intérieur. Tous les passagers de plus de deux ans devront toutefois présenter, avant l'embarquement, un test PCR négatif de moins de 72 heures.

Après un hiver meurtrier marqué par plusieurs semaines au premier rang mondial en nombre de nouvelles contagions par rapport à sa population de 10 millions d'habitants, le Portugal a entamé le 1er mai la dernière étape d'un déconfinement graduel qui, pour l'heure, n'a pas provoqué de regain de l'épidémie de Covid-19.


■ En Suisse, 129 cas de réinfection malgré les deux doses de vaccins

Sur les près de 1,2 million de personnes entièrement vaccinées en Suisse, 129 ont été réinfectées par le coronavirus, selon les données de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). En cause: l'efficacité des vaccins n'est pas de 100%, mais de 95% pour le vaccin de Pfizer/BioNTech et de 94% pour celui de Moderna, a indiqué dimanche à Keystone-ATS Grégoire Gogniat, porte-parole de l'OFSP, confirmant une information de la NZZ am Sonntag.

Le porte-parole ajoute que l'efficacité du vaccin peut diminuer pour les personnes âgées, mais indique que le niveau de connaissances actuel montre que les vaccins autorisés en Suisse sont aussi efficaces contre les variants, notamment celui indien.

Le porte-parole a par ailleurs indiqué que le certificat Covid est d'abord prévu pour les personnes vaccinées, confirmant une information du Tages Anzeiger de samedi. Il invoque des raisons pratiques: «La mise en place est plus facile pour les personnes vaccinées, pour générer et recevoir le certificat.» Toutefois, il précise que le certificat sera aussi disponible pour les personnes guéries et testées négativement «dans un temps proche» après celui pour les vaccinés. Sans toutefois donner plus de détails sur la temporalité.


■ Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien

Le gouvernement britannique s'est défendu dimanche d'avoir tardé à durcir les restrictions pour les voyageurs venant d'Inde, face à une poussée inquiétante du variant indien en Angleterre susceptible de perturber la poursuite du déconfinement.

Le 19 avril, l'exécutif avait décidé de placer l'Inde sur la liste rouge. Cette annonce était intervenue le jour de l'annulation, par le Premier ministre Boris Johnson, de sa visite officielle en Inde, son premier déplacement majeur à l'étranger. Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a réfuté dimanche le fait que la décision de mettre l'Inde sur la liste rouge ait été repoussée en raison du voyage du dirigeant conservateur.

Le nombre de cas attribués au variant indien au Royaume-Uni a grimpé de 520 la semaine dernière à 1313 cette semaine, selon le ministère de la Santé.


■ Virus: le Portugal envoie des renforts médicaux au Cap-Vert

Deux équipes portugaises de soignants, spécialisés dans les soins intensifs, doivent arriver dimanche au Cap-Vert pour renforcer les hôpitaux du pays soignant des patients atteints de Covid-19, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Le Portugal avait déjà annoncé l'envoi de 24 000 doses de vaccins à la suite d'une demande du gouvernement capverdien face à l'aggravation de la situation sanitaire dans l'archipel. Cette aide s'inscrit dans le cadre du plan de lutte contre la pandémie élaboré par le Portugal, les pays africains de langue officielle portugaise (Palop) et le Timor oriental.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa se rend lundi au Cap-Vert, puis en Guinée-Bissau, deux anciennes colonies portugaises d'Afrique de l'Ouest.


■ Triste record à Taïwan

Ce dimanche, l'Etat de Taïwan a confirmé 207 nouveaux cas de Covid-19. Il s'agit du plus haut nombre de nouveaux cas jamais enregistré en un jour sur le territoire, depuis le début de la pandémie.


■ Aux Etats-Unis, des craintes infondées sur la fertilité nuisent à la vaccination

De fausses informations selon lesquelles la vaccination contre le Covid-19 peut rendre stérile dissuadent certains Américains de recevoir leur injection. Elles se propagent notamment sur les réseaux sociaux comme Facebook, où l'on peut lire que 97% des vaccinés deviennent stériles, que même une relation sexuelle avec un homme immunisé suffit à nuire à la fertilité d'une femme, et que tout cela pourrait «stériliser une génération entière».

Près des deux tiers des personnes disant être sûres qu'elles ne se feront pas vacciner s'inquiètent des conséquences sur leur fertilité, selon une étude américaine publiée début mai. L'exclusion des femmes enceintes des premiers essais cliniques a contribué à créer ces peurs et la nouvelle salve de désinformation venue de groupes anti-vaccins coïncide avec le ralentissement de la campagne américaine.

Au moment où le rythme des injections ralentit aux Etats-Unis, ces affirmations erronées compliquent la tâche de l'administration Biden, qui s'est fixée pour objectif d'atteindre l'immunité collective.


■ Brésil: la vaccination piétine en pleine hécatombe

La vaccination contre le Covid-19 au Brésil est encore poussive et la campagne débutée tardivement il y a quatre mois pourrait être à nouveau freinée par des retards dans l'importation de principes actifs venus de Chine pour fabriquer de nouvelles doses. Sous le coup d'une enquête parlementaire, le gouvernement Bolsonaro est accusé d'avoir sa part de responsabilité dans ces retards, à cause de tensions diplomatiques avec la Chine et de refus d'offres de vaccins.

Quelque 35 millions de Brésiliens ont reçu au moins une dose, soit 16% de la population. C'est trop peu pour avoir un vrai impact dans un pays où près de 435 000 vies ont été fauchées par le virus.

L'Institut Butantan de Sao Paulo, responsable de la fabrication et de la distribution du CoronaVac, qui représente plus de 70% des doses déjà injectées, a annoncé l'interruption de sa production vendredi, ses stocks de principes actifs étant épuisés. La dépendance du Brésil envers la Chine ne devrait prendre fin qu'en septembre, quand les vaccins pourront enfin être fabriqués à partir de principes actifs produits localement.


■ Aux Pays-Bas, l'Eurovision revient sous contraintes sanitaires

Contraints d'annuler l'extravagante fête de la chanson l'an dernier en raison de la pandémie, les Pays-Bas accueillent cette semaine une édition à l'exubérance contenue.

Environ 3500 personnes, sous réserve de présentation d'un test négatif mais sans masque, assisteront à la finale du concours samedi dans la ville portuaire de Rotterdam. Les candidats seront quant à eux enfermés dans une «bulle spéciale».

Si la plupart des candidats, issus de 39 pays, feront le déplacement jusqu'à Rotterdam, d'autres - comme l'Autriche - participeront via des vidéos pré-enregistrées.