L'essentiel

La Suisse compte 1491 cas supplémentaires de coronavirus mercredi.

Retrouvez notre suivi de la journée de mardi


■ L'Espagne et le Portugal sortent de la liste rouge de l'OFSP, la Belgique y entre

La Suisse a de nouveau adapté sa liste de zones depuis lesquelles l'entrée en Suisse est soumise à une quarantaine. A partir du 22 mars, 19 nouveaux pays ou territoires – dont la Belgique et le Kosovo – seront concernés. L'Espagne et le Portugal ne figurent quant à eux plus sur la liste.

La Bulgarie, la Pologne, la Roumanie, la Hongrie et Chypre y seront également depuis le 22 mars, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique.

Une région de plus a été ajoutée concernant la France et l'Allemagne, respectivement la Corse et le Land de Thuringe. En Italie, la Basilicate, le Latium et la Vénétie figureront désormais sur la liste; en Autriche le Burgenland, la Haute Autriche et Vienne.


■ L'Ile-de-France échappe toujours au confinement

Le gouvernement français a annoncé ce mercredi qu'il prolonge le confinement – en week-end – d'une partie de la Côte d'Azur, sans préciser la durée. Pour Dunkerque, mise au même régime, la dernière date avancée est le 28 mars.

Concernant Paris et sa région, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a reconnu ce mercredi que «la situation hospitalière est particulièrement préoccupante». Il a indiqué qu'un «certain nombre d'évacuations sanitaires dans les jours qui viennent de patients hospitalisés» en Ile-de-France auront lieu bientôt.

Un nouveau confinement semble néanmoins écarté en Ile-de-France, région la plus peuplée du pays (12 millions d'habitants), où le nombre de patients accueillis dans un service de réanimation s'est envolé ces derniers jours, dépassant mardi la barre du millier de malades (1018) pour «moins de 1050» lits disponibles selon l'Agence régionale de santé, relayée par l'AFP


■ Un vaccinodrome à Zurich

Une photographe de Keystone s'est promenée dans les allées de Messe Zurich, à Oerlikon, réquisitionné pour servir de centre d'injections. Les autorités prévoient un débit de 4000 injections par jour.


■ Le nombre de nouveaux cas augmente encore ce mercredi

La Suisse compte mercredi 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). après 1378 cas hier, un nouveau palier est franchi: le seuil des 1300 nouveaux cas n'avait pas été dépassé depuis le 10 février.

  • 14 décès supplémentaires sont à déplorer;
  • 41 malades ont été hospitalisés;
  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32'557 tests ont été transmis;
  • Le taux de positivité s'élève à 4,58%;
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'776;
  • Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 170,92 nouvelles infections pour 100'000 habitants;
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est de 1,09.

■ Les Etats serrent les cordons de la bourse

Après le débat-fleuve de lundi, au terme duquel le National s'est montré bien plus généreux que le Conseil fédéral en allongeant l'addition des aides de 9 milliards, les sénateurs se sont montrés plus sévères, ce mercredi matin.

Notre article: Les aides covid restent fixées à 10 milliards


■ L'Europe a connu la plus forte hausse la semaine passée

L'Europe est la région qui a été confrontée la semaine dernière au plus grand nombre de nouveaux cas de coronavirus, en augmentation de 4%, devant le continent américain. Les nouvelles infections ont aussi avancé pour la 2e semaine consécutive dans le monde, de 2%.

Selon des données publiées par l'Organisation mondiale de la santé à Genève et qui portent jusqu'à dimanche matin, 1,13 million de nouvelles contaminations ont été identifiées en Europe. Environ 25 000 de plus que le continent américain, où elles ont un peu diminué.

A elles deux, ces régions ont rassemblé environ 85% des nouveaux cas. La pandémie progresse plus rapidement en Afrique et en Méditerranée orientale qu'en Europe, et elle a reculé dans une partie de l'Asie et dans le Pacifique occidental.

Concernant les décès, le chiffre est en baisse de 6% par rapport à la semaine précédente. Plus d'un sur deux a été observé sur le continent américain où ils étaient toutefois moins nombreux.


■ A Zurich, le Covid entraîne moins d'accidents mais plus de morts à vélo

La pandémie du coronavirus a aussi pesé sur la statistique des accidents de la route en 2020. Ils ont été moins nombreux que l'année précédente. Dans le canton de Zurich, le nombre de piétons et cyclistes blessés graves ou décédés a augmenté, en revanche.

Au total, 14 911 accidents sont survenus l'an dernier sur les routes zurichoises. C'est 7% de moins qu'en 2019, écrit mercredi la police cantonale. Cette baisse est due à la diminution du trafic pendulaire liée à la pandémie et au semi-confinement.

Revers de cette médaille, le nombre des morts et des blessés graves a augmenté dans le canton le plus peuplé de Suisse. On déplore 591 blessés graves en 2020, soit neuf de plus qu'en 2019. Le nombre de morts est passé de 25 à 30. Or, 85% de ces victimes étaient des cyclistes ou des piétons.

La pandémie et les longues phases de beau temps ont entraîné un trafic de loisirs plus important en 2020 que l'année précédente, explique la police. Ce trafic a été d'autant plus important sur deux roues. Les achats de vélos, vélos électriques et motos ont d'ailleurs progressé l'an dernier.


■ Trois millions de doses en plus

La Suisse «a pu» acheter trois millions de doses supplémentaires du vaccin anti-Covid-19 de Pfizer-BioNTech, se réjouit Alain Berset. «Un million sera déjà à disposition des cantons en avril, mai et juin», annonce le ministre de la Santé.

«Cela permet à la Suisse de renforcer sa campagne de vaccination», ajoute-t-il. Selon le site de l'Office fédéral de la santé publique, la Confédération avait jusqu'ici commandé trois millions de doses à Pfizer.

Un point sur les commandes à ce jour:


■ L'île Maurice se reconfine

L'île Maurice a entamé mercredi matin un confinement national jusqu'au 25 mars, pour la deuxième fois depuis l'apparition du Covid-19 dans l'archipel de l'océan Indien il y a un an, a annoncé mardi soir le premier ministre Pravind Kumar Jugnauth.

«Ce confinement est devenu nécessaire après l'apparition de quatre nouveaux cas locaux positifs de Covid 19, ce qui porte à 14 le nombre de cas positifs locaux enregistrés depuis le 5 mars dernier», a déclaré le premier ministre dans une allocution télévisée. «Nous n'avions pas d'autre choix que le confinement total afin d'empêcher la propagation du virus et protéger la population», a ajouté Pravind Kumar Jugnauth.

Mercredi, seuls les services essentiels seront opérationnels, notamment le port, l'aéroport, les services hospitaliers, les secours d'urgence.

A compter de jeudi, les supermarchés, les boulangeries, les stations essence et les pharmacies seront accessibles selon un principe de rotation des consommateurs par ordre alphabétique.


■ Les compagnies aériennes américaines vont recevoir un troisième soutien public

Le plan de relance de Joe Biden devrait être adopté ce mercredi. Les compagnies aériennes vont recevoir une nouvelle bouée de sauvetage. Le plan prévoit 14 milliards pour les sociétés de transport aérien. Elles doivent en échange s'engager à ne licencier personne d'ici octobre.

Cette troisième vague de soutien massif au secteur doit leur permettre de garder la tête hors de l'eau en attendant que les ventes de billets d'avions repartent vraiment à la hausse.

Dans l'immédiat, rappelle l'AFP, cela devrait conduire United Airlines et American Airlines, qui avaient prévenu début février qu'elles pourraient licencier jusqu'à 27 000 personnes si les aides n'étaient pas prolongées, à revenir sur leurs décisions.


■ 14 pays n'ont toujours pas rouvert leurs écoles

Quatorze pays dans le monde n'ont toujours pas rouvert leurs écoles en présentiel depuis mars 2020, rapporte l'Unicef. Le Panama est le pays au monde où les écoles sont restées le plus longtemps fermées.

Les deux-tiers sont situés en Amérique latine. Cela concerne quelque 98 millions d'écoliers, indique un récent rapport de l'agence onusienne pour l'enfance. En nombre de jours fermés, le Panama devance le Salvador, le Bangladesh et la Bolivie.

Dans le petit pays d'Amérique centrale de 4,2 millions d'habitants, cette longue période sans école n'est plus tenable et révèle d'énormes disparités selon les situations géographiques ou sociales. La ministre panaméenne de l'Education, Maruja Gorday, assure que les écoles vont bientôt rouvrir, de manière «progressive» grâce à l'avancée de la vaccination. Peut-être même dès avril si les autorités de santé donnent le feu vert.

L'AFP raconte notamment l'histoire de Milena Mendosa, qui vit dans une banlieue pauvre de Panama. Sa fille Brithany, 8 ans, a été aussi longtemps rivée sur son téléphone portable pour suivre les cours dispensés par son école publique sur internet. Mais les classes virtuelles avec près d'une trentaine d'enfants sont difficiles à suivre et Brithany a décroché. Milena Mendosa, mère célibataire, dit qu'elle n'arrive pas à s'en sortir entre son travail et le soutien scolaire dont sa fille aurait besoin.

Pour Erica Luna, vendeuse de fruits et légumes sur un marché de son quartier déshérité de la banlieue de Panama, mère de la petite Yoselin, 3 ans, «la pandémie a tout changé: avant j'emmenais ma fille à la garderie, mais maintenant il n'y en n'a plus et je dois parfois l'emmener avec moi», dit cette migrante nicaraguayenne de 29 ans.

La plupart du temps Yoselin s'occupe sur le téléphone cellulaire de sa mère, jusqu'à ce qu'elle tombe de sommeil à ses pieds, sur un carton.

Ana Maria Areiza est triste pour son fils Rafael, 5 ans, qui «voit ses amis sur l'ordinateur mais n'interagit pas avec eux». «Il n'a plus rien à me raconter après l'école», soupire-t-elle.