A l'heure actuelle, la sécheresse ne touche officiellement pas la Suisse, malgré les déficits pluviométriques. Aucune restriction d'usage de l'eau, aucun état de sécheresse décrétés. L'été est sec en Suisse aussi, mais la limite n'est pas encore atteinte. Dans certains cantons cependant, les préoccupations sont réelles.

A l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), pas d'inquiétudes: «Aucune réaction des paysans. Aucun signal d'alerte, aucune demande de subvention en raison de la sécheresse», explique Jürg Jordi, porte-parole de l'OFAG. Même constat à l'Office fédéral des eaux et de la géologie (OFEG): les niveaux inquiétants des cours d'eau ne concernent pas la majorité des cantons. Christian Koch, qui travaille à la banque de données hydrologiques de l'OFEG: «Les rivières alpines sont en dessous du niveau moyen, ce qui n'a rien d'extraordinaire. Sur le Plateau et dans le Jura, les niveaux sont nettement en dessous, entre 20 et 50% des débits normaux. Mais cette situation se produit fréquemment, les années sèches. Par endroits il est très inférieur, mais ce n'est pas la tendance générale.»

Inquiétudes en revanche en Suisse romande. Dès lundi, il est fort probable que Vaud et Fribourg décrètent un état de sécheresse et interdisent les prélèvements dans les rivières. Pour Philippe Hohl, ingénieur au Service des eaux du canton de Vaud, «les cours d'eau qui naissent en plaine n'ont pas ou peu de réserves. Il faudrait impérativement qu'il pleuve ce week-end pour ne pas donner l'alerte». La pénurie existe: «Il n'y a pas d'inquiétude à avoir au niveau de l'eau potable, mais il faut faire attention à la consommation, car les déficits sont réels», met en garde Jean-Claude Raemy, un ingénieur en génie fribourgeois.