attaques

Le Suisse arrêté au Maroc formerait certains terroristes

Les autorités marocaines ont arrêté un Hispano-suisse soupçonné de liens avec les assassins de deux touristes scandinaves. Il serait impliqué dans la formation aux communications et au tir

L'Hispano-suisse installé au Maroc arrêté samedi à Marrakech, suspecté d'avoir un lien avec des suspects dans le récent meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves dans le sud du Maroc, serait chargé des communications pour une cellule agissante, a annoncé le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), l'agence en charge de l'anti-terrorisme au Maroc.

«Le mis en cause, imprégné de l’idéologie extrémiste et violente, est soupçonné d’apprendre à certains accusés dans cette affaire les outils de communication via les nouvelles applications et de les entrainer au tir», indique un communiqué du BCIJ, cité par Bladi.net.

«Son adhésion à des opérations de recrutement de marocains et de sub-sahariens pour l’exécution de plans terroristes au Maroc, en prenant pour cible les intérêts étrangers et les éléments des forces de sécurité, en vue de s’emparer de leurs armes de service», précise la même source.

Lire aussi: Le corps de la Norvégienne tuée au Maroc a été rapatrié à Oslo

Le DFAE a confirmé

Samedi soir, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) indique avoir été informé par les autorités judiciaires marocaines de cette arrestation. Il est en contact avec les autorités compétentes pour des éclaircissements supplémentaires, précise le porte-parole George Farago.

Deux jeunes femmes tuées

Une étudiante danoise de 24 ans, et son amie, une Norvégienne de 28 ans, ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre dans le sud du Maroc, où elles passaient des vacances.

Leurs corps ont été découverts sur un site isolé du Haut-Atlas, dans un secteur prisé des amateurs de marche. Les deux victimes ont été décapitées.

A ce sujet: Après la mort de deux touristes, le Maroc rattrapé par le risque terroriste

Déjà 18 arrestations

Les autorités marocaines ont déjà arrêté 18 personnes pour leurs liens présumés avec ce double homicide qualifié de «terroriste» par Rabat.

Les quatre principaux auteurs présumés, interpellés à Marrakech les jours suivant le double meurtre, appartenaient à une cellule inspirée par l'idéologie du groupe Etat islamique (EI) mais «sans contact» avec ses cadres en Syrie ou en Irak, avait déclaré lundi à l'AFP le chef de l'antiterrorisme marocain Abdelhak Khiam.

L'un d'eux, un marchand ambulant de 25 ans, est soupçonné par les enquêteurs d'être le chef de cette "cellule terroriste". C'est lui que l'on voit parler dans une vidéo tournée une semaine avant le meurtre, dans laquelle les quatre principaux suspects prêtent allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'EI.

Publicité