C’est le genre de vols qui ne figure pas sur la liste des arrivées des tableaux de l’aéroport de Genève. Mercredi 5 janvier en fin de journée, un Airbus A320 a atterri en provenance d’Almaty, la principale ville du Kazakhstan alors en pleine tourmente, après une escale à Moscou. L’appareil est reparti le lendemain pour la capitale russe, où il serait toujours. Ce vol serait passé inaperçu sans un outil informatique répertoriant le trafic aérien, un dispositif mis en place par l’Association des riverains de l’aéroport de Genève (ARAG).