Le monde entier compatit après le massacre dans un club gay d'Orlando, dans lequel 49 personnes ont trouvé la mort. Lundi soir, des veillées funèbres sont organisées dans de nombreuses villes à travers la planète. En Suisse aussi, on peut se recueillir, notamment à Berne, Lausanne et Zurich.

Veillées funèbres en Suisse

Sur la Place de l'Europe à Lausanne dès 19h00 ou devant l'ambassade américaine à Berne dès 18h30, la population aura l'occasion de s'associer au deuil des familles de la cinquantaine de victimes de l'attentat. Les associations homosexuelles Pink Cross et LOS sont à l'origine de cet appel relayé sur internet et les réseaux sociaux.

A Zurich, ce sont les organisateurs de la Pride, qui s'est tenue le week-end dernier, qui organisent un recueillement. L'annonce de cet attentat alors qu'ils étaient en pleine fête les a d'autant plus secoués. On ne doit pas se taire face à de tels actes homophobes, affirme le président du comité d'organisation de la Pride.

Des villes couleur arc-en-ciel

Ailleurs dans le monde, chacun exprimera à sa manière sa solidarité avec les victimes et leurs familles à Orlando. La Tour Eiffel sera ainsi illuminée aux couleurs arc-en-ciel. «Nous voulons montrer notre résolution à ne pas se taire, à vivre, et à nous battre contre les obscurantistes et le terrorisme», a dit sur Twitter la maire de la capitale française, Anne Hidalgo.

Par solidarité envers la communauté homosexuelle, le pont du port de Sydney s'est aussi paré des couleurs de l'arc-en-ciel, tandis que la mairie de la ville se teintait en rose vif. Des centaines de personnes s'y sont rassemblées à la bougie pour demander notamment la fin des discriminations.

Lire aussi:  Ce que l'on sait du tueur d'Orlando

Même volonté de relever la tête à Londres, Hong Kong ou encore Bangkok et Séoul, où des rassemblements étaient prévus dans la journée en hommage aux victimes de la pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI). Dans la nuit de samedi à dimanche, 49 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées quand un Américain d'origine afghane âgé de 29 ans, a ouvert le feu à l'intérieur d'une boîte de nuit emblématique de la communauté gay d'Orlando, en Floride.

Une mobilisation populaire et internationale

L’ambiance était au recueillement dimanche soir à Orlando quelques heures après l’attentat, mais l’abattement faisait déjà place à la mobilisation. En début de soirée, les autorités ont annoncé aux centaines de proches, rassemblés dans un hôtel situé à deux pas de l’hôpital, la liste de toutes les personnes hospitalisées, selon plusieurs témoins présents.

Lire aussi: Orlando, le pire acte terroriste aux Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001

Quelques minutes plus tôt, vers 18h30, avait eu lieu un rassemblement en honneur aux victimes à l’église El Calvario, située non loin du centre d’Orlando, en présence du gouverneur de Floride Rick Scott. Durant une heure environ, quelques 300 personnes, en grande majorité issues, comme les victimes de l’attentat, de la communauté hispanique, ont prié et chanté, souvent les bras levés.

Des rassemblements en hommage aux victimes et en solidarité avec la communauté LGBT ont eu lieu dans le monde. A Paris, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées en silence près du musée Beaubourg, devant un drapeau arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBT.

A Madrid, plusieurs personnes sont venues se recueillir devant l’ambassade des Etats-Unis, où elles ont déposé un drapeau arc-en-ciel et des fleurs. A Rome, un rassemblement a eu lieu dans le quartier gay près du Colisée, où les personnes présentes ont allumé des bougies. Plusieurs personnes se sont également retrouvées devant le consulat américain à Guadalajara au Mexique, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «les mots tuent» ou «solidarité contre les crimes de haine».

Les dirigeants de nombreux pays ont exprimé leur «solidarité», certains s’adressant notamment à la communauté LGBT, après la pire tuerie de masse de l’histoire des Etats-Unis qui a fait 50 morts et 53 blessés, que le président Barack Obama a qualifiée d'«acte de terreur et de haine».

Lire aussi: Une attaque avortée à la Gay Pride de Los Angeles

- Le président français, François Hollande, dans un communiqué «condamne avec horreur la tuerie […] et exprime le plein soutien de la France et des Français aux autorités et au peuple américains dans cette épreuve.»

- Le Premier ministre britannique David Cameron, sur son compte Twitter, se dit «horrifié par les récits de la tuerie de cette nuit à Orlando. Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles.»

- Le pape François, via son porte-parole Federico Lombardi, déclare que «le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando et qui a fait de très nombreuses victimes innocentes a suscité […] des sentiments très profonds d’exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d’une folie meurtrière et d’une haine insensée».

- Le président russe Vladimir Poutine, dans un communiqué du Kremlin, parle de «crime barbare» et présente ses condoléances aux familles des victimes.

- Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, dans un communiqué, exprime sa solidarité avec «la communauté LGBT et le peuple américain», affirmant que «la terreur et la haine ne nous changeront pas. Les membres de l’Otan restent unis face au terrorisme».

- Federica Mogherini, à la tête de la diplomatie européenne, déplore, dans un communiqué, cette «tragédie pas seulement pour le peuple américain, mais pour le monde entier, comme le sont tous les massacres de personnes tuées pour leur foi, leur orientation sexuelle, leurs convictions dans de nombreux pays». «Nous exprimons notre solidarité avec le peuple américain et plus particulièrement avec la communauté LGBT que cette attaque terroriste haineuse a visée».

Le président du Conseil européen Donald Tusk, sur Twitter, écrit que «l’Europe pleure les victimes de l’horrible attaque à l’arme à feu à Orlando».

Le président du Parlement europeen Martin Schulz, également sur Twitter, se dit «profondément choqué», ajoutant: «Nous devons rester unis contre le terrorisme.»

- Le président du Conseil italien Matteo Renzi, sur Twitter, exprime la «solidarité et (l') émotion du gouvernement italien pour l’atroce massacre d’Orlando en Floride. Notre cœur est avec nos frères américains».

- Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, sur Twitter, «condamne vivement l’odieuse attaque d’Orlando. Ensemble, continuons à combattre pour la liberté, contre la haine et la barbarie. L’Espagne est avec les Etats-Unis».

- Ashraf Ghani, le président de l’Afghanistan, le pays d’origine de la famille du tueur présumé, Omar Mateen, sur Twitter, «condamne cette horrible attaque à Orlando, rien ne peut justifier de tuer des civils. Mes pensées vont aux familles, aux victimes, ainsi qu’au peuple et au gouvernement américains».

- Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu écrit, dans un communiqué qu'«au nom du peuple et du gouvernement israéliens, je présente mes plus sincères condoléances au peuple américain après l’horrible attaque de cette nuit contre la communauté LGBT d’Orlando».

- Le premier ministre belge Charles Michel se dit, en anglais sur Twitter, «profondément attristé par la perte de tant de vies innocentes dans la tuerie d’Orlando. Nous nous joignons à la douleur des familles».

- Le président par intérim du Brésil, Michel Temer a exprimé ses «regrets» sur Twitter et a adressé aux familles des victimes «la solidarité brésilienne». La présidente Dilma Rousseff, suspendue de ses fonctions dans le cadre d’une procédure de destitution, elle, regretté que «nous vivons des moments terribles, une époque de préjugés et d’intolérance qui coûte des vies humaines».