Santé

«La Suisse a poussé pour inscrire la maladie d’Alzheimer à l’agenda de l’OMS»

Vice-directrice de l’Office fédéral de la santé publique et ambassadrice pour la santé globale, Tania Dussey-Cavassini livre son analyse

Le Temps: L’OMS entame ce lundi sa 70e Assemblée mondiale de la santé en présence de plus de 4000 délégués. Que faut-il en attendre?

Tania Dussey-Cavassini: Cette 70e Assemblée mondiale de la santé marque la fin du règne de Margaret Chan à la tête de l’Organisation mondiale de la santé. Un changement à la tête d’une telle institution est forcément un moment très important, car il a un impact sur son avenir et sa crédibilité.

Lire aussi: Un Ethiopien mène la course pour diriger l’OMS

– Que faut-il retenir de Margaret Chan?

– Bien qu’elle ait été confrontée à de nombreux défis en raison notamment de plusieurs crises pandémiques, elle a accompli beaucoup de choses et a œuvré à réformer l’OMS en mettant notamment en place un programme pour les urgences sanitaires et humanitaires. Margaret Chan a rendu l’OMS très visible. Elle a réagi au quart de tour à plusieurs crises dont la pandémie de H1N1, mais on lui a aussi reproché d’avoir réagi tardivement à l’épidémie d’Ebola. Là encore, elle n’était pas seule. Elle devait travailler avec six bureaux régionaux, les Etats et les autres acteurs de la santé.

– De quelle manière la Suisse s’implique-t-elle au sein de l’OMS?

– Durant ces deux dernières années, elle a été très active par exemple pour inscrire à l’agenda la question d’Alzheimer et d’autres maladies apparentées. Ne l’oublions pas. Il y a un nouveau cas d’Alzheimer toutes les trois secondes. 50 millions de cas dans le monde. En Suisse, 144 000 personnes sont touchées par cette maladie et une femme sur trois de plus de soixante ans en meurt. Nous n’avons pas, pour l’heure, de traitement. Comme le cancer dans les années 1970, on balbutie. 60% des pays dits à faible et moyen revenu sont touchés. Ce ne sont pas que les pays riches.

On a longtemps cru qu’Alzheimer était une maladie liée au vieillissement de la population. Ce n’est pas le cas. La maladie touche toujours plus de personnes de moins de 50 ans. Le fait désormais d’adopter un plan d’action mondial pour une réponse de santé publique à cette maladie aidera tous ceux qui s’en occupent à travers le globe.

– Quelle importance revêt la santé dans la politique étrangère de la Suisse?

– La Suisse est le premier Etat à avoir défini, en 2006 déjà, une politique extérieure en matière de santé. Le Conseil fédéral a fixé vingt objectifs dont le renforcement des systèmes de santé, l’échange de bonnes pratiques avec d’autres pays et la coopération avec l’Union européenne. Nous avons déterminé la politique que nous souhaitons mener au sein des enceintes internationales, notamment pour améliorer la lutte contre les maladies non transmissibles, pour assurer le personnel de santé à travers le monde et pour encourager la recherche et le développement de médicaments pour les maladies tropicales négligées.

– Cette politique a-t-elle déjà produit des effets tangibles?

– Elle se traduit par un engagement accru de la Suisse dans la Genève internationale de la santé, dans les formations de diplomatie de la santé qui y ont vu le jour. Elle a aussi un effet recherché à l’échelle suisse. Le conseiller fédéral Alain Berset en est convaincu: la politique extérieure de la santé menée par la Suisse nous sert de levier. Elle permet d’améliorer notre propre système de santé en profitant de l’expérience des autres. Autre effet tangible: nous avons été le premier Etat à négocier avec la Chine un accord sur la qualité des médicaments et sur la sécurité des denrées alimentaires. Nous avons un échange très régulier avec les Chinois.

Un nouvel accord de coopération transfrontalière en matière de santé a aussi été signé en septembre 2016 par le conseiller fédéral Berset et son homologue française Marisol Touraine. Il sera soumis au Parlement prochainement. Le conseiller fédéral participe aussi chaque année aux réunions informelles des ministres de la santé de l’UE. Ces plateformes d’échanges et de discussions sont très importantes pour la Suisse.

Publicité