L’essentiel

La Confédération s’attend à recevoir au moins huit millions de doses des deux vaccins approuvés en Suisse entre avril et fin juillet.

Les opposants à la loi Covid-19, soumise au peuple le 13 juin prochain, ont lancé leur campagne ce jour. Ils jugent le texte liberticide et inégalitaire

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de rouvrir sous conditions les terrasses, les cinémas, les théâtres ou encore les stades de football à partir de lundi.

Retrouvez notre suivi de la journée de mercredi


■ Les cantons peuvent puiser dans les réserves des vaccins

La Confédération s’attend à recevoir au moins huit millions de doses des deux vaccins approuvés entre avril et fin juillet. Les cantons peuvent donc puiser dans les réserves des «deuxième dose» d’ici la fin avril et accélérer ainsi le rythme de la vaccination.

À partir du mois de mai, les volumes de livraison devraient à nouveau augmenter de manière significative, a annoncé le Secrétariat général du Département fédéral de l’intérieur. La livraison de 8 millions de doses signifie que l’objectif d’une première vaccination pour toutes les personnes qui le souhaitent d’ici fin juin reste réaliste – en supposant qu’une «livraison convenue avec les fabricants se déroule sans interruption».

 


■ Le maire de Rio de Janeiro contaminé pour la deuxième fois

Eduardo Paes, le maire de Rio de Janeiro, a annoncé avoir été testé positif au coronavirus une deuxième fois, quasiment un an après une première contamination asymptomatique. «Malheureusement je suis positif», a déclaré l’édile de 51 ans dans une vidéo postée sur Twitter. Il a expliqué ressentir «des symptômes grippaux» et avoir fait un test. Mais «je vais bien. Je me repose à la maison», a-t-il précisé, demandant aux Brésiliens de «faire attention à eux».

Le maire n’a pas encore été vacciné alors que ce sont les sexagénaires qui reçoivent actuellement les injections de vaccin CoronaVac ou AstraZeneca dans la ville très touchée par la pandémie.


■ Zurich veut un rétablissement de la liberté de voyager

Le gouvernement zurichois et la direction de l’aéroport de Zurich ont profité de la visite du président de la Confédération Guy Parmelin pour lui transmettre trois revendications concernant les voyages. Il faut lever les restrictions entre les pays présentant un risque d’infection similaire à la Suisse. Les personnes vaccinées, immunisées ou testées négatives devraient être autorisées à voyager sans quarantaine. Enfin, la preuve de la vaccination, de la guérison ou du test négatif doit être standardisée et numériquement possible.

Guy Parmelin a dit être conscient de la situation et de l’importance de l’aéroport de Zurich. Les assouplissements décidés mercredi par le Conseil fédéral devraient permettre d’améliorer la situation économique, mais «nous devons rester prudents» compte tenu de l’évolution de la pandémie, a-t-il ajouté.


■ Les décès des plus de 80 ans au plus bas en Europe

La part des personnes plus de 80 ans dans les décès dus au Covid-19 en Europe a reculé à son niveau le plus bas depuis le début de la pandémie, a indiqué le directeur régional de l’OMS Hans Kluge. «Au cours des deux derniers mois, la tendance chez les plus de 80 ans s’est écartée de la tendance observée dans tous les autres groupes d’âge, ce qui pourrait être dû à la part importante de la vaccination dans ce groupe à haut risque», a dit Hans Kluge.

La part des plus de 80 ans dans les décès «est tombée progressivement à environ 30%», a-t-il ajouté. Mi-janvier, elle était encore de 62%, son niveau le plus élevé, selon la branche Europe de l’OMS. L’organisation continue toutefois d’appeler à la vigilance, à l’heure où 160 nouveaux cas sont rapportés chaque minute en moyenne à travers la région, selon ses données.


■ Vaccins: l’Afrique est «dans une impasse»

De nombreux pays africains dépendent des livraisons de vaccins AstraZeneca produits en Inde, notamment par le Serum Institute of India, et distribués dans le cadre du programme Covax qui vise à fournir un accès équitable en particulier aux pays les plus pauvres. Mais l’Inde a annoncé fin mars qu’elle allait retarder ses exportations pour lutter contre une nouvelle vague de contaminations.

«Nous sommes dans une impasse», a déclaré jeudi le Dr John Nkengasong, le directeur pour l’Afrique des Centres de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

L’accès aux vaccins a été limité pour nous en tant que continent et cela affecte la manière dont nous déployons notre programme de vaccination

John Nkengasong

Lundi, les 55 États membres de l’Union africaine (UA), dont dépend l’Africa CDC, avaient acquis 34,6 millions de doses de vaccin et en avaient administré 13,9 millions, a détaillé John Nkengasong. Plus de 12 millions de ces doses sont du vaccin AstraZeneca, a précisé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

 


■ Vingt classes en quarantaine à Naters

Dix-sept classes primaires sont en quarantaine à Naters, dans les Haut-Valais. Soixante élèves y ont été détectés positifs lors d’un dépistage effectué les 6 et 7 avril. Aucun événement particulier n’explique ce foyer.

«Suite aux dépistages entrepris la semaine passée, dépistages répétés ce jour, dix-sept classes sont en quarantaine à Naters», a indiqué jeudi à Keystone-ATS le professeur Nicolas Troillet, médecin cantonal remplaçant, confirmant une information diffusée jeudi par Le Nouvelliste. Ces classes pourront reprendre une fois les contrôles en cours terminés.

Trois autres classes sont en quarantaine dans le Haut-Valais, à Brigue, Viège et Bettmeralp. Trois cas ont été détectés dans chacune d’elles. Dans le Valais romand, aucune classe n’est en quarantaine à l’heure actuelle, précise le département. Des tests répétitifs sont prévus durant quatre semaines à l’école primaire de Collombey-Muraz à partir de la semaine prochaine.


■ Dix fois plus de risques de faire une thrombose cérébrale avec le coronavirus qu’avec un vaccin

Des scientifiques de l’Université d’Oxford ont estimé le risque de développer des thromboses (caillots sanguins) après une infection au SARS-CoV-2 versus une vaccination, en fonction du type d’injection.
Ils ont pour ce faire répertorié le nombre de thromboses veineuses cérébrales diagnostiquées deux semaines après une confirmation d’infection au SARS-CoV-2 ou après une première dose de vaccin. Ils ont ensuite comparé les chiffres aux incidences habituelles de ces thromboses. Résultats, la présence du coronavirus dans l’organisme multiplie par cent le risque de développer une thrombose veineuse cérébrale, comparée au risque encouru par un sujet sain. Se faire vacciner, quelle que soit la technologie, diminue ce risque par un facteur dix.
Dans le détail:

  • Sur 500 000 patients Covid-19, l’incidence des thromboses cérébrales est de 39 sur un million.
  • Sur 480 000 personnes ayant reçu un vaccin à ARN messager (Moderna ou Pfizer), l’incidence est de 4 sur un million.
  • Elle est de 5 sur un million pour le vaccin AstraZeneca

Les auteurs signalent toutefois que ces chiffres doivent être interprétés avec prudence, puisque les données continuent d’arriver.


■ 2226 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte 2226 cas, 21 décès et 115 hospitalisations supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant cette période, les résultats de 31 019 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 7,18%.

Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 24,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 71,60%. Au total 689 178 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1 815 117 une dose. La Suisse a reçu jusqu’à présent 2 390 325 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 630 194 cas de contamination ont été confirmés en laboratoire en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 9865 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26 289.


■ Loi Covid-19: un texte liberticide pour les opposants

La loi Covid-19 est liberticide et donne lieu à des inégalités de traitement, selon les opposants au texte. Jeudi, ils ont lancé leur campagne en vue des votations du 13 juin.

«Alors que les grandes entreprises engrangent des bénéfices records en 2020, les entreprises réellement touchées ne perçoivent pratiquement pas d’argent», assurent les Amis de la Constitution sur leur site internet. «Les PME et les emplois sont détruits dans de nombreux secteurs.» Les mesures actuelles sont «désastreuses», selon eux. Et il faut y mettre fin.

Surfant sur les inexactitudes et les fausses informations, le comité référendaire s’insurge également contre des discriminations envers les personnes non-vaccinées, «privées de leurs droits fondamentaux», ou encore la «surveillance de masse avec traçage total des contacts». Il s’en prend aussi aux «médias achetés».

Si le non l’emporte, la loi cesserait de s’appliquer en septembre. Un vide juridique serait créé et il ne pourrait pas être comblé avant plusieurs mois, a précisé le président de la Confédération Guy Parmelin. Un tel scénario mettrait en péril de nombreuses places de travail ainsi que l’aide d’urgence.


■ Dépistage préventif à tous les niveaux scolaires à Schwyz

Après Zoug et les Grisons, Schwyz introduit à son tour le dépistage hebdomadaire du pour les élèves de tous les niveaux scolaires. A la différence des écoles zougoises, les établissements schwyzois ont, comme aux Grisons, la possibilité et non pas l’obligation d’y participer.

Suite à des essais pilote au niveau secondaire dans deux écoles du canton, la semaine dernière, les autorités schwyzoises ont décidé d’élargir les tests salivaires massifs en milieu scolaire à l’ensemble de l’école obligatoire et aux lycées. Les établissements qui ne souhaitent pas participer au dépistage préventif hebdomadaire peuvent y renoncer, indique jeudi le département cantonal de l’éducation. Il en va de même au niveau individuel.


■ Appel de Nobels à une abolition temporaire des brevets

Des prix Nobel et d’anciens chefs d’Etat ou de gouvernement appellent Joe Biden à se rallier à une proposition de levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Une telle suspension est «une étape vitale et nécessaire pour mettre fin à la pandémie».

«Nous sommes encouragés par les informations selon lesquelles votre administration examine une levée temporaire des droits de propriétés intellectuels de l’OMC pendant la pandémie, comme proposé par l’Afrique du Sud et l’Inde», estiment les quelque 170 signataires de la lettre ouverte, dont l’ancien président français François Hollande, l’ancien chef du gouvernement britannique Gordon Brown, l’ancienne présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf.


■ En Inde, record de 200 000 nouveaux cas en 24 heures

L’Inde a enregistré un record de 200 000 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, selon des données officielles publiées jeudi, alors qu’une deuxième vague de contaminations massive prend encore de l’ampleur dans le pays de 1,3 milliard d’habitants.

Le nombre de contaminations quotidiennes a plus que doublé depuis début avril. L’Inde, qui a enregistré au total plus de 14,1 millions de cas, a déploré aussi 1.038 décès en 24 heures, soit près de 175 000 morts en tout, selon les données du ministère de la Santé.


■ Annuler les JO de Tokyo reste une option

Le numéro deux du principal parti au pouvoir au Japon a estimé que les Jeux olympiques de Tokyo pourraient être annulés en dernier recours, alors que l’archipel nippon subit actuellement une vive recrudescence de l’épidémie.

«Nous devrons annuler les Jeux sans hésiter si ce n’est plus possible» de les organiser, a déclaré Toshihiro Nikai dans un entretien accordé à la chaîne de télévision japonaise TBS. «Si les infections se répandent à cause des Jeux olympiques, je ne sais pas à quoi ils servent», a ajouté le secrétaire général du Parti libéral-démocrate (PLD).

Tout en estimant qu’il restait «beaucoup de difficultés à surmonter», il a aussi nuancé ses propos en précisant: «Nous voulons définitivement faire des Jeux un succès». Ses commentaires interviennent à 99 jours de la cérémonie d’ouverture des JO de Tokyo-2020 (23 juillet-8 août), qui avaient été reportés d’un an l’année dernière à cause de la pandémie.