Mali

Suite à une attaque, l’état d’urgence rétabli au Mali pour dix jours

Cette mesure fait suite à une nouvelle attaque menée la veille «par un groupe terroriste» dans la région de Tombouctou, qui a fait cinq morts et une dizaine de blessés

L’état d’urgence a été rétabli au Mali pour dix jours à compter de la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé le gouvernement. Cette mesure fait suite à une nouvelle attaque menée la veille «par un groupe terroriste» dans la région de Tombouctou, dans le nord du pays.

L’assaut a fait cinq morts et «une dizaine de blessés» parmi les soldats maliens, selon un bilan officiel. La force française Barkhane de lutte contre les djihadistes au Sahel est intervenue et a neutralisé «une dizaine de terroristes», a rapporté l’état-major français.

L’état d’urgence a été instauré à plusieurs reprises dans le pays depuis l’attaque djihadiste contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre 2015 (20 morts, outre deux assaillants tués).

Lire aussi: Attaque de l’hôtel Radisson de Bamako: au moins 27 morts, les otages sont libérés

«La situation sécuritaire au Mali et dans la sous-région reste caractérisée par la persistance de la menace terroriste ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens», explique le gouvernement dans un communiqué mercredi soir.

Des zones aux mains des djihadistes

«En raison de cette situation précaire, l’état d’urgence est déclaré à nouveau pour une durée de dix jours à compter du mercredi 19 avril 2017 à minuit sur toute l’étendue du territoire national». Cette mesure d’exception accorde notamment des possibilités d’intervention accrues aux forces de sécurité et restreint les rassemblements.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaida, initialement.

Lire aussi: Pourquoi il faut se soucier du Mali, le maillon faible du Sahel

Les djihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, régulièrement visées par des attaques.

Publicité