Asie

Le sultan de Brunei veut «renforcer» les enseignements islamiques dans son pays

Ce petit sultanat asiatique doit introduire mercredi une nouvelle législation inspirée de la charia, avec la lapidation pour l'homosexualité et l'adultère

Le sultan de Brunei a appelé à «renforcer» les enseignements islamiques dans le pays d'Asie du Sud-Est qui doit introduire mercredi une nouvelle législation inspirée de la charia, avec la lapidation pour l'homosexualité et l'adultère.

Le sultan Hassanal Bolkiah qui dirige la monarchie d'une main de fer depuis 1967 n'a pas annoncé l'entrée en vigueur des nouvelles lois. Mais le gouvernement de Brunei avait confirmé ce week-end que le nouveau code pénal devait s'appliquer dès mercredi, suscitant une salve de critiques d'ONG, de personnalités et de pays inquiets des atteintes aux droits de l'Homme dans le petit Etat riche en hydrocarbures.

Face à la volée de critiques, le sultan a souligné que Brunei était un pays «juste et heureux». «Quiconque viendra dans le pays aura une expérience agréable et profitera d'un environnement sûr et harmonieux», a-t-il déclaré dans un centre de conférences dans un discours prononcé à l'occasion d'une fête islamique.

Lire aussi: Répression de l’homosexualité: le Brunei n’est pas un cas isolé

Les lois qui prévoient aussi l'amputation d'une main ou d'un pied pour les voleurs feront de Brunei le premier pays d'Asie du Sud-Est à appliquer un code pénal suivant la charia à un niveau national, comme le fait l'Arabie saoudite.

Publicité