Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Exposition consacrée à Poutine intitulée «Superputin» à Moscou.
© AFP

Russie

«Supplié» de se représenter, Vladimir Poutine briguera un quatrième mandat

Le président a dissipé mercredi les maigres doutes qui pouvaient exister sur son intention de rester au pouvoir jusqu’en 2024

Vladimir Poutine a choisi mercredi un cadre traditionnel (et soviétique sur les bords) pour mettre fin au secret de polichinelle: une rencontre avec des ouvriers le suppliant de se présenter pour un quatrième mandat de président le 18 mars prochain. Plusieurs médias indépendants russes avaient vendu la mèche mercredi matin, citant des sources au sein de l’administration présidentielle.

C’était la première apparition de Vladimir Poutine depuis plusieurs semaines dans un contexte où il pouvait faire face à des questions «imprévues». Une manière de faire monter la nervosité au sein de l’élite, mais aussi de démontrer sa nonchalance envers un scrutin contrôlé de bout en bout par le Kremlin et qu’il est certain de remporter.

Soutiens suppliants

La mise en scène a toutefois été soignée. Le président russe a d’abord prononcé un discours louangeur sur le rôle des ouvriers et de l’industrie dans le cadre des 85 ans de la gigantesque usine automobile GAZ de Nijni-Novgorod, à 400 km à l’est de Moscou. Des hommes et des femmes souriants se tiennent derrière lui sur la scène. Un ouvrier se présentant comme Artiom Baranov, se tenant de profil, prend le micro pour supplier Vladimir Poutine de se présenter.

«Dans cette salle, tout le monde sans exception vous soutient!», entonne l’ouvrier. Tonnerre d’applaudissements, sur fond de musique triomphale en crescendo. «Vladimir Vladimirovitch, faites-nous un cadeau, dévoilez-nous votre décision. GAZ est avec vous», se met-il à scander, jusqu’à ce que la salle reprenne en chœur.

La caméra fait un zoom arrière, pour qu’on puisse voir le public agiter des petits drapeaux. «En effet, répond Poutine, et la salle fait silence. Il n’y a probablement pas de meilleur endroit ni de meilleure circonstance pour faire cette annonce. Oui, je vais me présenter pour le poste de président de la Fédération russe.»

Pas d'opposants

Face à lui, c’est le désert. Son principal opposant, le démocrate et croisé anti-corruption Alexeï Navalny, 41 ans, a été disqualifié d’entrée par une condamnation en justice le rendant inéligible jusqu’en 2028. Ksenia Sobtchak, une ancienne star de la télé-réalité, tente d’occuper l’espace laissé vacant par Navalny, mais sa sincérité est mise en doute par de nombreux opposants. Le fait qu’elle soit la fille d’Anatoli Sobtchak, ancien maire de Saint-Pétersbourg, l’homme qui a lancé Poutine en politique, ne joue pas non plus en sa faveur. Réagissant hier à la candidature du président sortant, elle a déclaré: «C’est un non-événement.»

Les autres candidats à la présidentielle constituent une «vieille garde» de candidats inchangés depuis 25 ans. Sur le flanc gauche, le communiste Guennadi Ziouganov, un homme à l’élocution pâteuse et dépourvu de charisme. Sur le flanc nationaliste, Vladimir Jirinovski, un tribun dont le meilleur score remonte à 1991. Les deux hommes appuient entièrement la politique étrangère de Vladimir Poutine et se limitent à des critiques très modérées du président. Leur rôle constitue en réalité un service rendu au Kremlin, consistant à capturer des voix aux véritables opposants, tout en maintenant les apparences de la démocratie.

Postes intervertis

Vladimir Poutine a obtenu deux mandats de président en 2000 et 2004 avant de passer en 2008 la main à son allié ultra-loyal Dmitri Medvedev. La constitution russe interdit en effet trois mandats consécutifs. Sous cette autorité fictive, Vladimir Poutine a occupé quatre ans le rôle de premier ministre, avant d’organiser un roque et remonter sur le trône en 2012. Dmitri Medvedev occupe depuis le fauteuil de premier ministre et bien des commentateurs estiment que le principal suspense désormais se réduit à deviner si ce dernier va garder son poste de chef du gouvernement. Ses chances paraissent élevées tant la politique russe paraît figée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a