ETATS-UNIS

Swiss n’applique plus le décret anti-immigration de Donald Trump

Suite au blocage vendredi par un juge fédéral de la décision controversée du président américain, plusieurs compagnies d’aviation acceptent tous les passagers munis d’un visa en règle sur les vols vers les Etats-Unis. Colère de la Maison Blanche

Swiss et plusieurs autres compagnies aériennes comme Air France, Qatar Airways ou encore Lufthansa ont recommencé samedi à transporter vers les Etats-Unis les ressortissants des sept pays qui étaient interdits d'entrée, après le blocage par un juge du décret de Donald Trump. Elles ont indiqué appliquer les nouvelles directives de la justice américaine, lorsque les passagers concernés possèdent un visa en règle. D'autres compagnies restent plus prudentes face à une situation encore incertaine. "À l'heure actuelle, tous les passagers munis de documents de voyage valables peuvent voyager sur n'importe quel vols Swiss à destination des Etats-Unis", a assuré la Compagnie Swiss.

Décret bloqué

Cette décision des compagnies aériennes a été prise après le blocage vendredi par le juge fédéral de Seattle du décret du président américain interdisant l'entrée des Etats-Unis pendant trois mois aux ressortissants de sept pays (Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen), ainsi qu'à tous les réfugiés pendant quatre mois. Les compagnies aériennes auraient reçu un avis de l'aéroport JFK à New York sur l'arrêt de l'application du décret du président américain. Mais cette autorisation pourrait en effet n'être que temporaire. Elle est valable sur l'ensemble du territoire américain, le temps qu'une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l'Etat de Washington, Bob Ferguson, soit examinée. "La Constitution a gagné aujourd'hui", a déclaré Bob Ferguson. "Personne n'est au-dessus de la loi, pas même le président", a-t-il ajouté.

Colère à la Maison blanche

La réaction de Donald Trump n’a pas tardé: "L'opinion de ce soit-disant juge, qui en gros prive notre pays de sa police, est ridicule et sera cassée!", a prévenu Donald Trump. "Le ministre de la Justice entend déposer une injonction d'urgence" pour faire appliquer le décret et annuler la décision, a affirmé la Maison Blanche.

Publicité