Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des missiles israéliens visant un centre de recherche de la province d'Alep, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. Citant une source militaire, Sana a ensuite assuré que les missiles interceptés visaient plusieurs «dépôts militaires» dans la région d'Al-Safira, au sud-est de la ville d'Alep. L'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire.

Les raids ont provoqué de «violentes explosions» dans la zone, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui a affirmé qu'ils visaient des dépôts d'armes appartenant à des milices pro-iraniennes. Il n'a pas été immédiatement fait état de victimes.

Quelques minutes après ces attaques, des avions de combat ont frappé des positions de milices pro-iraniennes dans le désert de Mayadin, dans l'est de la Syrie, a rapporté l'OSDH. Il n'était pas possible dans l'immédiat d'établir la responsabilité de ces attaques, mais l'Observatoire a affirmé qu'elles provenaient «probablement» d'Israël.

Lire aussi: La défense antiaérienne syrienne confrontée à des «missiles israéliens»

Des tirs d'hélicoptères israéliens sur le Sud de la Syrie

Depuis le début en 2011 du conflit en Syrie voisine, Israël a procédé à des centaines de frappes dans ce pays contre les forces du régime de Damas mais aussi contre celles de ses alliés, l'Iran et le groupe libanais Hezbollah, des ennemis de l'Etat hébreu.

Si ces frappes sont confirmées, il s'agirait de la cinquième attaque d'Israël en Syrie en deux semaines. Israël confirme rarement ses opérations en Syrie, mais martèle régulièrement qu'il ne laissera pas la Syrie devenir la tête de pont de Téhéran.

Lire également: La Syrie traverse «une crise humanitaire réellement majeure», s'inquiète l'ONU

Vendredi, les médias étatiques syriens ont fait état de tirs d'hélicoptères israéliens sur le Sud de la Syrie, quelques jours après des raids similaires imputés à l'Etat hébreu.