L'aviation israélienne aurait bombardé mardi soir des sites près de la capitale syrienne Damas alors que l'armée israélienne a dit se protéger contre un tir de missile antiaérien en provenance de la Syrie.

La défense anti-aérienne de l'armée syrienne «a intercepté des missiles lancés par les avions de combat israéliens à partir de l'espace aérien libanais» près de Damas, a rapporté l'agence officielle Sana, citant une source militaire syrienne qui a fait état de trois soldats blessés. La télévision d'Etat syrienne a rapporté une information similaire. La «majorité» de ces missiles ont été interceptés avant d'atteindre leurs cibles, souligne l'agence qui mentionne toutefois des «dégâts» dans un entrepôt de munitions.

Lire aussi: Face à Israël, la Russie renforce la défense antiaérienne syrienne

D'après le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les trois cibles visées par le «raid israélien» sont en fait des «entrepôts d'armes (...) appartenant au Hezbollah ou aux forces iraniennes». Les cibles se trouvent dans les secteurs de Dimas, Kesswa, ou encore Jamraya, des régions à l'ouest et au sud-ouest de Damas où des raids israéliens ont été rapportés par le passé.

De son côté, l'armée israélienne indique sur Twitter que son «système de défense aérien a été déclenché contre un missile anti-aérien lancé depuis la Syrie». Et assure qu'«aucun dommage ou victime n'a été rapporté» à la suite de ce tir de missile. Contactée par l'Agence France-presse (AFP), une porte-parole de l'armée a toutefois refusé d'épiloguer sur cette affaire.

Israël, l'un des grands perdants du désengagement américain

Israël a effectué de nombreuses frappes en Syrie depuis le déclenchement de la guerre en 2011, visant les forces du président Bachar al-Assad mais aussi ses alliés, notamment les forces iraniennes ou des positions du mouvement libanais du Hezbollah. Fin novembre, le régime syrien avait ainsi accusé Israël d'avoir bombardé des cibles dans la région de Kesswa.

Si la responsabilité d'Israël était confirmée, il s'agirait des premières frappes menées depuis que le président américain Donald Trump a annoncé la semaine dernière le retrait des troupes américaines de Syrie. Avec le retrait des forces américaines, l'Iran n'a plus guère d'obstacle pour établir un corridor terrestre lui permettant d'atteindre la Méditerranée à travers l'Irak, la Syrie et le Liban, estiment des analystes.

Lire aussi: L'ordre de retrait des forces américaines de Syrie a été signé

Israël est donc considéré par les experts comme l'un des grands perdants du désengagement américain, qui laisse encore plus le champ libre à l'Iran et ses partenaires pour développer leurs capacités militaires en Syrie. L'Etat hébreu, qui avait jusque-là applaudi la politique de l'administration Trump au Moyen-Orient, martèle régulièrement qu'il ne laissera pas la Syrie voisine devenir la tête de pont de Téhéran.

En réaction au raid de mardi, la Russie a accusé Israël de «violation grossière de la souveraineté» de la Syrie.

«Il est évident qu'il s'agit d'une violation grossière de la souveraineté de la Syrie», a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, faisant part de sa «plus grande préoccupation» devant ces frappes dont Damas et Israël se rejettent la responsabilité.

Trafic aérien civil perturbé

L'attaque, réalisée selon l'armée russe en survolant le territoire libanais, «s'est produite au moment où deux avions de ligne n'étant pas originaires de Russie s'apprêtaient à atterrir aux aéroports de Beyrouth (Liban) et de Damas (Syrie)», a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, dans un communiqué.

«Les frappes ont de nouveau été effectuées par l'armée israélienne "sous la protection" des avions de ligne», a poursuivi la diplomatie russe.

«Afin d'empêcher une tragédie», des restrictions concernant le recours aux systèmes de défense antiaérienne ont alors été imposées aux forces gouvernementales syriennes, ce qui a permis aux aiguilleurs de ciel à Damas de rediriger l'un des avions vers la base aérienne russe de Hmeimim (nord-ouest), a assuré Igor Konachenkov.

Les relations entre la Russie, alliée du régime syrien, et Israël se sont compliquées depuis un incident en septembre au cours duquel la défense antiaérienne syrienne a abattu par erreur un avion russe en tentant d'intercepter des missiles israéliens.

Lire aussi: L’aide aux Syriens, une garantie pour Israël