Pour contrer la propagation de l’épidémie de coronavirus, nous avons renoncé à organiser des événements dans nos locaux. Mais pour que vous puissiez tout de même assister aux conférences prévues, certaines seront proposées sur notre site sous forme de vidéo ou de chat en ligne. 

Le chat en ligne est maintenant terminé. Retrouver toutes les réponses à vos questions ci-dessous.

Merci à tous de votre intérêt et de la pertinence de vos questions. Et, par les temps qui courent, prenez tous soin de vous et de vos proches! Luis Lema.

------------------------

Comment se déroule aujourd’hui la vie à Idlib pour les citoyens qui ont décidé de rester? Ont-ils vraiment la possibilité d’ailleurs de rester dans la zone? (Stéphane)

C’est une vie qui se résume aux préoccupations du quotidien et à attendre les prochaines violences. Ce qui frappe, c’est surtout le sentiment très partagé que les habitants sont prêts à tout traverser pourvu qu’ils puissent échapper aux forces armées syriennes, aux pillages et aux meurtres qui suivront.

Certains experts disent qu’Idlib pourrait devenir une «nouvelle bande de Gaza ». Qu’en pensez-vous? (Laurent)

C’est une comparaison qui me semble très pertinente, malheureusement. La Turquie n’a d’ailleurs pas abandonné ses plans de repousser aussi à Idlib certains des réfugiés qui sont maintenant établis en Turquie. Le drame de cette histoire c’est que, aujourd’hui, l’idée qu’Idlib se transforme en une bande de Gaza semble «la moins pire» des solutions. C’est dire la profondeur du gouffre...

Comment se déroule aujourd’hui la vie à Idlib pour les citoyens qui ont décidé de rester? Ont-ils vraiment la possibilité d’ailleurs de rester dans la zone? (Stéphane)

C’est une vie qui se résume aux préoccupations du quotidien et à attendre les prochaines violences. Ce qui frappe, c’est surtout le sentiment très partagé que les habitants sont prêts à tout traverser pourvu qu’ils puissent échapper aux forces armées syriennes, aux pillages et aux meurtres qui suivront.

Que peuvent faire les Occidentaux? La Turquie demande de l'aide à l'OTAN et aux Européens. Mais peuvent-ils réagir, sachant que la Russie soutient le régime syrien? (Julien)   Soyons clairs: l’Occident n’entrera pas en guerre du côté de la Turquie contre la Syrie et la Russie. Mais j’ai l’impression qu’il pourrait apporter davantage de soutien à la Turquie sur ce dossier spécifique. Aussi bien l’OTAN que l’Union européenne ont déserté ce terrain, du point de vue militaire comme diplomatique. Or d’énormes intérêts sont en jeu: la migration, le respect des normes de droit international, la place laissée à la Russie et à l’Iran, etc.

On le voit désormais en Libye où certains des acteurs sont désormais les mêmes: le manque de réaction décidée risque de se payer au prix fort.

Si la Turquie n'avait pas laissé rentrer des millions de Syriens sur son territoire, y aurait-il eu le risque que cette masse soit armée par des puissances hostiles à la Turquie? (Alimuddin)

Je ne crois pas. La Turquie contrôle très fermement ses frontières avec la Syrie. Je ne vois pas très bien qui aurait pu mettre en application une telle manoeuvre.

La stratégie d'Erdogan en Syrie fait-elle l'unanimité dans la classe politique turque?  (Alimuddin)

L’espace du débat et de la critique s’est beaucoup rétréci ces derniers temps en Turquie… Erdogan peut jouer sur le réflexe de la lutte contre l’ennemi extérieur (Damas, les forces kurdes, mais aussi l’Union européenne…) pour mieux tenter de souder les rangs derrière lui. Dans ce contexte, les réfugiés peuvent aussi se convertir en bouc-émissaire parfait. C’est l’un des grands risques.

En quoi la bataille d'Idlib est importante pour l'avenir de la Syrie? (Corentin)

Une reprise possible d’Idlib permettrait au régime syrien de proclamer que la guerre est terminée et qu’il est temps de commencer la reconstruction. Elle permettrait à Bachar el-Assad de caresser le rêve de se voir pleinement réintégré dans la communauté internationale et les enceintes multilatérales.

Nous parlons beaucoup de l'épidémie de Coronavirus. Savez-vous si le virus est présent en Syrie? Ce serait une catastrophe dans les camps, où les réfugiés sont massés. (Juan)

Officiellement, il n’y a pas un seul cas déclaré en Syrie… C’est bien sûr totalement invraisemblable, ne serait-ce que par les liens étroits qu’entretient la Syrie avec l’Iran, qui est l’un des pays les plus touchés au monde. Les conséquences vont être dramatiques, étant donné le manque de préparation.

Dans les camps de réfugiés, notamment à Idlib, c’est bien pire encore. Cette situation était déjà annoncée comme l’une des pires catastrophes de la guerre. L’arrivée du virus peut vraiment prendre des proportions terribles, même si quelques mesures sont déjà prises par les humanitaires pour endiguer sa propagation.

L'absence de riposte syro-iranienne aux raids aériens israéliens sur la Syrie s'explique-t-elle par le fait que ces attaques ne changent pas la donne au niveau stratégique? (Alimuddin)

Les Israéliens prennent bien garde de s’en tenir à la réaction qu’ils ont clairement affichée: éviter une concentration du pouvoir iranien en Syrie, et donc la consolidation d’un axe chiite qui menacerait les frontières d’Israël. Mais dans le même temps, les Israéliens ne veulent pas entrer de plain-pied dans la guerre syrienne et n’ont pas réellement envie d’assister à un changement de régime à Damas, ce qui serait synonyme pour eux de davantage d’instabilité. Chacun connaît les positions fondamentales de l’autre, et on joue ainsi dans la marge.

La Turquie affirme lutter en Syrie pour éviter l'afflux de réfugiés. Est-ce vraiment la seule raison? (Juan)

Non. A cela s’ajoute la position de plus en plus fragile de Recep Tayyip Erdogan, qui a fort à faire en Turquie même. Cela dit, s’ajoute aussi la perspective de l’établissement d’une région autonome kurde continue à la frontière turque. C’est une ligne rouge, et pas seulement pour Erdogan mais pour tout responsable turc, ou peu s’en faut.

L’une des grandes fautes de l’Occident, c’est de s’être appuyé en grande partie sur les milices kurdes pour combattre les djihadistes de l’organisation de l’Etat islamique, sans prévoir les conséquences pour la Turquie, qui est pourtant leur allié au sein de l’OTAN. On peut sans doute reprocher beaucoup de choses au pouvoir turc mais cette myopie occidentale n’a rien arrangé.

Une confrontation réelle et frontale entre la Turquie et la Syrie est-elle possible? Qu'est-ce que cela impliquerait? (Ju)

Derrière la Syrie, il y a la Russie et l’Iran. Derrière la Turquie, c’est l’OTAN qui est présent, au moins en théorie. On voit donc bien ce qui se joue dans une (très) hypothétique confrontation frontale entre les deux pays.

Quelles sont les issues possibles à cette crise? (SF)

Aïe! La guerre syrienne, comme vous le savez, est entrée dans sa dixième année. L’incroyable écheveau des intérêts en jeu rend très difficile une vision d’ensemble et a fortiori un possible dénouement. D’autant que l’Occident considère désormais – à tort, selon moi – que ce conflit ne touche pas ses intérêts vitaux. Et qu’il laisse donc faire...

Le cessez le feu signé entre la Turquie et la Russie est-il réel et sincère? Peut-il être rompu et peut-on se diriger vers un affrontement entre les deux pays? (Leyvan)

Ce cessez-le-feu n’est en réalité qu’une nouvelle trêve fragile. La Russie a en quelque sorte piégé la Turquie lorsqu’elle acceptait sa présence dans le nord de la Syrie à la condition que la Turquie serve de gendarme dans la région, et qu’elle désarme les djihadistes, voire l’ensemble des combattants présentés comme des «terroristes». Or, la Turquie n’a pas le contrôle absolu de ces forces, loin s’en faut. Le cessez-le-feu est donc à la merci des actes d’autres acteurs. Mais encore une fois, Turquie et Russie n’ont aucun intérêt à une confrontation directe. Entre elles, c’est un jeu de poker menteur.

Pourquoi l'Iran est-il présent au côté de la Russie pour soutenir le régime syrien? (JPB)

L’Iran n’est pas à proprement parler aux côtés de la Russie, mais aux côtés du régime de Damas. Les intérêts de la Russie et de l’Iran ne coïncident pas exactement, bien que tous deux aient les mêmes adversaires. Depuis longtemps, l’Iran partage une alliance avec le régime alaouite de Damas, et il tire parti notamment de la présence chiite en Syrie pour avancer ses propres pions stratégiques dans la région.

Que sont devenus les millions de réfugiés accueillis par la Turquie? Vont-ils revenir en Syrie par la suite? (Julien)

S’il y a une chose claire, c’est que ces millions de réfugiés feront tout ce qu’ils pourront pour éviter un retour dans une Syrie contrôlée par le régime d’Assad. Ils craignent – à raison – d’être torturés ou tués et d’ailleurs rien n’est mis en place du côté du pouvoir pour encourager leur retour. Bien au contraire: en pleine phobie du coronavirus, les responsables de Damas emploient des formules du genre: «La Syrie s’est déjà débarrassée des germes les plus dangereux»! Cela montre bien l’état d’esprit à l’égard de cette population.

Que se passe-t-il concrètement à Idlib? (Marie)

La province est en gros coupée en deux, avec le nord encore aux mains des rebelles. Ces derniers seraient entre 40 et 50 000, dont une bonne partie sont des islamistes et des djihadistes. Au sud, l’alliance autour des forces de Damas, soit la Russie et les milices iraniennes ou pro-iraniennes, consolide ses positions.

L’accord de cessez-le-feu prévoit que des patrouilles mixtes turco-russes patrouillent le long de la M4, soit la ligne de séparation. Mais des révoltes et diverses attaques ont rendu jusqu’ici impossible l’établissement de ces patrouilles.

Les forces turques sont-elles réellement en mesure de faire face aux forces de Bachar al-Assad et de leurs alliés? (Marie)

La Turquie a amassé une quantité d’armes impressionnante dans le nord de la Syrie. En termes purement militaires, elle aurait très rapidement le dessus sur l’armée syrienne, épuisée et désorganisée par 9 années de guerre. Reste la maîtrise de l’espace aérien (contrôlé par la Russie) et derrière cela, la question d’une possible confrontation directe avec la Russie.

Cette perspective est inenvisageable pour la Turquie, tout comme pour la Russie. Moscou a laissé un temps agir la Turquie, fin février - début mars, et s’en prendre avec force à l’armée syrienne en lui occasionnant beaucoup de dégâts. Mais ensuite, la Russie a sonné la fin de la récréation.

Où en est actuellement la guerre en Syrie? Le régime de Al-assad est-il en passe de l'emporter définitivement? (Laurent)

Luis Lema: Les forces pro-gouvernementales ont en effet beaucoup progressé ces dernières semaines pour reprendre Idlib, la dernière province qui leur échappe. A la suite d’un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Turquie, le 5 mars, cette offensive a été officiellement stoppée, le long d’une autoroute (la M4) qui coupe grosso modo la province d’Idlib en deux.

Mais, même en cas d’une hypothétique reprise totale d’Idlib, il est très probable que le conflit syrien ne s’arrêterait pas pour autant. Il reprendrait sans doute sous d’autres formes, avec des insurrections et de possibles mouvements de guérilla. 

------------------------

Présentation de la discussion:

Alors que le monde est focalisé sur la crise du nouveau coronavirus, aucun répit humanitaire n’est en vue en Syrie. A Idlib, au nord-ouest du pays, le situation est catastrophique. L’armée syrienne – soutenue par la Russie et l'Iran – reste déterminée à reprendre Idlib, toujours détenue en partie par des rebelles, dont des djihadistes.

Selon les Nations unies, plus de 900 000 personnes ont dû fuir les combats et les bombardements aériens depuis le mois de décembre et se retrouvent massées à la frontière. Elles cherchent à rejoindre la Turquie, qui fait ériger des barrières pour les contenir et exige par ailleurs une aide européenne plus importante pour la prise en charge de près de quatre millions de migrants et de réfugiés qu’elle accueille déjà depuis des années. Au «chantage aux réfugiés» qu'elle exerce, la Turquie ajoute en outre la demande d'un soutien militaire à ses alliés de l'OTAN, avec la création notamment d’une «zone de sécurité»

Comment évolue la situation en Syrie? Quels sont les moyens de pression de la Turquie? Quid de la création d'une «zone de sécurité»? Que demande réellement Recep Tayyip Erdoğan? Comment peuvent réagir les Européens? Quelle est la position de la Russie?...

Pour en parler, nous vous avons proposé une discussion en ligne avec Luis Lema, journaliste au «Temps» et spécialiste des questions internationales.