Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Grâce à des «lanceurs d’alerte» (c’est-à-dire des Syriens qui vivent à proximité des bases militaires), le décollage des avions, leur type et leurs coordonnées sont envoyés aux serveurs de l'app Sentry, placés hors du pays.
© YOUSSEF BADAWI/KEYSTONE

Moyen-Orient

En Syrie, la technologie pour sauver des vies

Une start-up a développé un système d’alerte pour prévenir la population de l’imminence d’un bombardement. Mais la prouesse technologique a des limites

Sur l’écran, les messages se succèdent. «Base de Hmeimim, Mig 23 volant en direction du sud-est», dit celui de 09h59. «Base de Khalkhala, hélicoptère transportant des barils (d’explosifs) vers l’est», explique un autre, à 12h02. Une journée ordinaire en Syrie: mardi en milieu d’après-midi, une trentaine de messages de ce type avaient déjà fait leur apparition.

Tous annonçaient – en temps réel – le décollage d’avions syriens ou russes participant à des bombardements ou, dans le meilleur des cas, procédant à des vols de reconnaissance. Autant de signaux, diffusés simultanément sur tous les grands réseaux sociaux, destinés à avertir la population civile syrienne: elle disposait de quelques minutes pour tenter de trouver un abri.

Hala Systems, la start-up qui est derrière cette prouesse technologique – que les Syriens connaissent sous le nom de Sentry –, bénéficie ces semaines d’une reconnaissance croissante, notamment dans les médias américains. Cette notoriété a coïncidé avec le fait que plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, le Danemark ou la Grande-Bretagne, ont décidé de soutenir ses activités.

Vies sauvées

Le principe? Grâce à des «lanceurs d’alerte» (c’est-à-dire des Syriens qui vivent à proximité des bases militaires), le décollage des avions, leur type et leurs coordonnées sont envoyés aux serveurs de Hala, placés hors du pays. D’autres capteurs acoustiques, nichés dans des arbres ou sur des bâtiments confirment et précisent les informations au passage des avions. Les données sont ensuite comparées à celles d’attaques précédentes et traitées par un logiciel qui s’essaie à prédire l’endroit estimé de l’attaque. Enfin, ces informations servent à donner l’alarme sur les réseaux sociaux, sur une application de smartphone ainsi qu’à activer des sirènes – bien réelles – qui ont été placées dans les territoires tenus par l’opposition.

Le système, qui a commencé à fonctionner il y a deux ans, a été conçu par deux jeunes Américains et un informaticien syrien. Mais il s’appuie en réalité sur des réseaux syriens qui, à l’aide de talkies-walkies ou de téléphones, tentaient déjà de prévenir autant que possible la population. De fait, Sentry dépend notablement des réseaux de la Défense civile syrienne, ces «casques blancs» qui œuvrent comme secouristes dans les décombres des bâtiments détruits.

Selon ses propres estimations, Sentry aurait parfois permis de sauver la vie à plus d’un quart des personnes ciblées par les avions et les hélicoptères. L’entreprise croulerait sous les messages de remerciements des Syriens qui, avec leur famille, ont réussi à échapper aux bombes grâce à elle.

Un problème de saturation

La technologie, dernière ressource d’une population abandonnée? Alors que le régime syrien et la Russie semblent s’apprêter à lancer une vaste offensive contre Idlib, la dernière région qui échappe encore au contrôle de Damas, Bilal (un nom d’emprunt) ne peut s’empêcher de hausser les épaules. Le jeune homme est l’un des coordinateurs des secours d’urgence pour les secteurs rebelles. Il reconnaît certes que Sentry a pu se révéler utile au personnel médical pour mettre en sécurité les blessés dans les hôpitaux.

Mais il nuance: «Un smartphone coûte au moins 500 dollars, alors que les gens ne gagnent au mieux que l’équivalent de 100 ou 200 dollars par mois.» Surtout, il rappelle: «Au plus fort de l’offensive contre Deraa (dans le sud du pays, en juin dernier), nous avons comptabilisé 2400 bombardements en moins de 24 heures. Que fera-t-on des messages d’alerte qui se multiplieront en cas d’attaque contre Idlib? La seule vraie solution, c’est que ces avions ne décollent pas…»

Au-delà du sort des civils, les promoteurs de Sentry insistent sur une autre utilité de leur système: les données recueillies par les serveurs sur les allées et venues des avions n’ont pas d’équivalent, du moins hors de la sphère réservée aux services secrets. Et elles sont assez précises pour discerner des responsabilités lors de bombardements sur des écoles, des hôpitaux ou tout autre bâtiment abritant des civils. Ces données auraient déjà été transmises à l’ONU en vue de possibles inculpations futures.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a