Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les camions d’un convoi humanitaire du CICR peu avant de pénétrer dans la Ghouta orientale, ce lundi 5 mars 2018.
© LOUAI BESHARA/AFP PHOTO

Proche-Orient

En Syrie, un convoi d'aides est entré dans le fief rebelle de la Ghouta

Une cinquantaine de camions achemine des aides médicales et de la nourriture pour quelque 27 500 personnes, alors que le bastion insurgé aux portes de Damas est la cible d’une offensive meurtrière du régime

Un convoi transportant des aides humanitaires est entré lundi dans le fief rebelle situé dans la Ghouta orientale, a annoncé le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Ce convoi est le premier à pénétrer dans la Ghouta depuis le lancement, le 18 février, d’une opération militaire du régime qui a fait plus de 700 morts parmi les civils, selon une ONG. Les quelque 400 000 habitants de la zone assiégée depuis 2013 par l’armée syrienne subissent de graves pénuries, a indiqué lundi le Comité international de la Croix-Rouge CICR.

Lire aussi: A la Ghouta, l’aide suisse piégée dans les filets de Damas

«L’aide est enfin en route. Avec tant de souffrances, c’est une course contre la montre pour atteindre les gens de la Ghouta orientale», a tweeté le président du CICR, Peter Maurer.

Le convoi comprend 46 camions et transporte des aides médicales et de la nourriture pour 27 500 personnes, selon l’ONU. Un deuxième convoi doit être envoyé jeudi.

Un tiers de la Ghouta orientale aux mains du régime

Sur le terrain, les forces du régime syrien contrôlent désormais un tiers du fief rebelle dans la Ghouta orientale, où une offensive terrestre est en cours pour reprendre aux insurgés leur dernier bastion aux portes de la capitale Damas, a annoncé lundi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Lire: Bachar el-Assad se dit déterminé à poursuivre l’offensive dans la Ghouta

Appuyé par l’allié russe, le régime de Bachar el-Assad n’a jamais caché sa détermination à reconquérir le fief rebelle, où les habitants vivent terrés dans des sous-sols pour échapper au pilonnage du régime.

Déclenché le 15 mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques pro démocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 340 000 morts et jeté à la rue des millions de personnes.

Enquête onusienne réclamée

A Genève, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté lundi une résolution demandant l’ouverture d’une enquête sur le siège de l’enclave rebelle. Le texte, proposé par le Royaume-Uni, a été adopté par 29 voix sur les 47 Etats siégeant actuellement au Conseil, contre 4 non et 14 abstentions.

Lire aussi: La Ghouta: un massacre aux yeux du monde

Il demande que la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie «ouvre urgemment une enquête complète et indépendante sur les événements récents» dans cette région.

Le mandat de cette commission, renouvelé chaque année, doit être soumis ce mois-ci au vote du Conseil des droits de l’homme. La résolution réclame également l’application du cessez-le-feu de trente jours voté le 24 février par le Conseil de Sécurité de l’ONU – mais resté sans effet.

La Russie, alliée militaire et politique de la Syrie, a de son côté décrété unilatéralement une «pause» quotidienne des combats de cinq heures pour laisser entrer les convois d’aide et permettre l’évacuation des malades.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a