Un peu d'histoire
Si les Taïwanais vivent aujourd’hui dans une démocratie, il s’agit pourtant d’un acquis récent. Lorsque Mao proclame la République populaire de Chine en 1949, son adversaire nationaliste Tchang Kaï-chek se replie dans ce bastion longtemps connu sous le nom de Formose. Le retrait est censé n’être que temporaire. En réalité, le pouvoir du Kuomintang (KMT), le parti de Tchang Kaï-chek, se limite désormais à la petite île.

Les nationalistes y instaurent un règne sans partage avec l’appui des Etats-Unis, Taïwan occupant le siège de la Chine comme membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies jusqu’en 1971. Il faut attendre la mort du dirigeant historique en 1975 pour voir le KMT desserrer prudemment son étreinte sur le système politique. Première formation d’opposition autorisée, le Parti démocrate progressiste (PDP) apparaît en 1986, et la loi martiale est levée en 1991. Aujourd’hui, le KMT se montre favorable à une politique de la main tendue avec Pékin alors que le PDP, parti de la présidente sortante Tsai Ing-wen, prône une posture d’indépendance plus affirmée.

«Ce n’est pas un scrutin contre le Kuomintang» (KMT), principal parti d’opposition, «c’est un scrutin contre le Parti communiste chinois!» harangue un candidat de la majorité du Parti démocrate progressiste (PDP). Les drapeaux verts de sa formation s’agitent, des pancartes rouges «non à la Chine» sont brandies, les militants acclament, Carey Chang en tête. Cette étudiante, obsédée par «la menace chinoise», est venue à ce meeting pour contester la légitimité de Wu Sz-huai, candidat KMT aux législatives. Ce lieutenant général à la retraite est vilipendé pour sa participation à une cérémonie présidée par le dirigeant chinois Xi Jinping à Pékin en 2016. A l’instar de cette soirée, toute la campagne pour les scrutins de samedi a été marquée par la lancinante question des relations avec Pékin, qui revendique la souveraineté de l’île. Une question exacerbée cette fois-ci par la crise hongkongaise, que les Taïwanais suivent de près.

Lire aussi: Liao Yiwu: «Depuis Tiananmen c’est la première fois qu’on assiste à un tel défi pour cette dictature»