Tanya monte le son. Le concerto de Mozart ne couvre pas le bruit des bombes, «mais cette musique calme les nerfs, explique-t-elle, ça aide. Cela pourrait même guérir certains traumatismes.» Une partie de Joukovski, le quartier de Kharkiv où elle vit avec Yuri, son mari, a été détruite par les bombes. Mais le couple a décidé de s’accrocher et de ne pas fuir; c’est leur manière à eux de résister, sans pour autant épouser les théories nationalistes défendues par le gouvernement de Zelensky.