Vendredi, décrété jour de deuil national par les autorités, un calme trompeur domine à Beyrouth. Les habitants de la capitale libanaise sont encore traumatisés par les affrontements meurtriers de la veille dont le bilan s’est encore aggravé, montant à sept morts et une quarantaine de blessés.