Lu ailleurs

Tariq Ramadan aurait acheté le silence d’une femme pour 27 000 euros

L’islamologue genevois aurait conclu un accord avec une femme belge pour qu’elle retire d’internet des publications concernant leur relation, révèlent le site français Mediapart et l’hebdomadaire belge «Le Vif»

Mercredi 4 avril, le média en ligne Mediapart et l’hebdomadaire belge Le Vif ont publié une enquête mettant en lumière un pan supplémentaire de l’affaire Tariq Ramadan, toujours en détention préventive dans une prison française. Les deux médias révèlent que l’islamologue genevois aurait versé 27 000 euros à une femme belge d’origine marocaine, Majda Bernoussi, «qui avait commencé à faire état sur internet de leur «relation» et de son «emprise» psychologique».

En février 2015, après une action en référé par Tariq Ramadan auprès du Tribunal de première instance de Bruxelles, un accord est signé entre les deux parties. Dans le document intitulé «convention transactionnelle», que se sont procuré les deux médias, il est stipulé que Majda Bernoussi est tenue de «ne plus mentionner publiquement, directement ou indirectement» Tariq Ramadan, «sa famille proche» et «ses collaborateurs», «par écrit, oralement, et y compris par photos, commentaires, mentions, allusions, commentaires publics», sur quelque support que ce soit.

Lire aussi: Troisième plainte contre Tariq Ramadan

Manuscrit jamais publié

Lorsque leur relation prend fin en 2013, la Belge décide de tout raconter sur internet et publie notamment une vidéo dans laquelle elle affirme qu’elle ira «jusqu’au bout». Leur relation «destructrice», telle que la décrit Majda Bernoussi, aurait duré cinq ans.

Mediapart s’est également procuré un livre écrit en 2010 par Majda Bernoussi, Un voyage en eaux troubles avec Tariq Ramadan. Le manuscrit, jamais publié, fait état de cette relation sur 81 pages. Comme un journal tenu chaque jour, la Belge relate toutes les évolutions de cette relation: «Moi de nature méfiante, je me sentais en confiance devant cet homme de foi.»

Contactés par Mediapart, les avocats de Tariq Ramadan n’ont pas souhaité commenter ces nouvelles informations. L’islamologue conteste lui fermement toutes les accusations depuis le début.

Lire également: Affaire Ramadan: une nouvelle expertise médicale attendue au plus tard le 15 avril

Publicité