Il s’est avancé le premier, à l’appel de la présidente du Tribunal correctionnel Corinne Goetzmann. C. B. est l’un des huit prévenus du groupe de Tarnac à comparaître depuis hier. Cheveux grisonnants, mise sérieuse, raide, il confirme d’abord être né à Genève en 1976. Puis il donne une adresse en Suisse alémanique comme lieu de résidence. Les faits qui lui sont reprochés? Tentative de falsification de documents officiels, recel de documents volés et refus de donner ensuite aux enquêteurs ses empreintes digitales et son ADN. Des délits mineurs, comparé à ceux reprochés à Julien Coupat, Yildune Levy, Elsa Hauck et Bertrand Deveaux (participation à des dégradations de biens publics et à des violences contre des agents de la force publique). Mais une preuve des ramifications helvétiques de l’ex-groupe d’insurgés établi en Corrèze.

A lire aussi: Tarnac, l’antiterrorisme français en procès

Pour saisir celles-ci, la lecture assidue de l’ordonnance de renvoi en procès rédigée par les juges d'instruction s’impose. Dans ce document contesté par les avocats des prévenus, C. B., interpellé à Tarnac en novembre 2009, apparaît comme le faussaire de ce groupe d’insurgés de l’ultragauche. C’est lui qui sur son ordinateur – sur un compte baptisé «Fromager clandestin» – conserve les scans de pièces d’identité volées en boîte de nuit, à Genève, quelques années plus tôt. C’est aussi lui que la police genevoise, sollicitée par les enquêteurs français, décrit comme un suspect «connu pour violation de domicile», responsable d’un vol à l’étalage en 2002, et en lien avec les fameux Black Bloc qui, en 2003, ravageront les Rues-Basses de Genève lors du G20 d’Evian.

Rupture amoureuse

L’autre nom suisse, souvent cité durant la procédure, est celui de A. née en 1981. Interpellée le 15 novembre 2008, celle-ci n’est pas présente sur le banc des accusés, l’instruction n’ayant pas réussi à établir «sa participation à des faits de dégradation ou à des manifestations violentes». L’intéressée demeure donc aujourd’hui citée pour son compagnonnage avec le groupe de Tarnac. Elle avait «choisi de vivre à la ferme du Goutailloux (dans la commune de Tarnac) après une rupture amoureuse douloureuse», expliquent les enquêteurs, qui la jugent alors «attirée par le projet de ferme écologique et de vie communautaire».

A lire aussi: L’ultragauche genevoise affiche son soutien aux prévenus de Tarnac 

Aventure politico-romantique ou adhésion à une idéologie résolument subversive? La frontière est mince. «Le but de son groupe était de réveiller la conscience de chaque citoyen, et pour cela, il était envisagé des manifestations, violentes ou non», jugent les policiers français selon lesquels A. participait bel et bien «à des discussions portant sur l’idée de créer les conditions de la naissance d’une insurrection en France». Non sans garder quelques distances: «A. estime que dans la mouvance d’extrême gauche ou écologiste, il y a toujours eu un niveau de paranoïa assez absurde», poursuit le procès-verbal, évoquant «une espèce de jeu joué par certains pour se donner de l’importance». Le doute et les faits, au final, ont profité à la militante genevoise.