Les bombardements sur la ville de Tchernihiv ont redoublé d’intensité au lendemain de l’annonce de Moscou de diminuer drastiquement ses opérations militaires autour de Kiev et de Tchernihiv. Vladyslav Atrochenko, le maire de cette ville de 270 000 habitants située à une centaine de kilomètres au nord de la capitale, décrit une situation catastrophique. «Les attaques viennent des quatre points cardinaux et nous sommes totalement encerclés.» Depuis qu’un pont a été bombardé mercredi 23 mars, la ville est coupée du reste du monde. Pendant quelques jours, il a encore été possible de traverser à pied mais, depuis une semaine, des combats de chars et des tirs de mortier rendent le passage impossible.