L'ouragan Iota a fait au moins 44 morts en Amérique centrale, dans des glissements de terrain et des inondations, selon un nouveau bilan diffusé jeudi. Le Nicaragua et le Honduras, avec respectivement 21 et 14 morts, payent le plus lourd tribut. Cinq personnes ont également péri au Guatemala, deux en Colombie, une au Panamá et une au Salvador.

Iota, un ouragan devenu tempête tropicale, était en voie de dissipation mercredi au Salvador après avoir fait au moins 38 morts et d'énormes dégâts en Amérique centrale, déjà dévastée il y a deux semaines par l'ouragan Eta.

Mercredi, les autorités du Nicaragua ont annoncé un nouveau bilan provisoire de 18 morts, dont 7 enfants dans un glissement de terrain et dans les inondations. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours isolées, sans eau potable ni électricité. Le Honduras, quant à lui, déplore 14 décès, après la découverte des corps de huit personnes tuées dans un glissement de terrain. Iota a également fait deux morts au Guatemala, deux morts dans un archipel colombien des Caraïbes, un mort au Panama et un autre au Salvador.

Le ministère salvadorien de l'Environnement a annoncé que, conformément aux prévisions, Iota avait perdu de son intensité au cours de son passage sur le pays. Mais des pluies importantes continuaient de s'abattre sur le nord du Nicaragua.

Lire aussi: Anne-Claire Fontan: «Il y aura moins de cyclones, mais ils seront plus violents»

Après avoir amassé de l'énergie sur les eaux chaudes de la mer des Caraïbes, Iota avait touché terre lundi dans ce pays en tant qu'ouragan de catégorie 5, la plus élevée de l'échelle de Saffir-Simpson. Il était alors accompagné de vents violents atteignant parfois 260 kilomètres/heure, selon le centre américain de surveillance des ouragans, le NHC, qui a son siège à Miami (Floride).

Une municipalité du Nicaragua touchée

Un responsable du gouvernement de la région nicaraguayenne des Caraïbes du nord, Yamil Zapata, a déclaré mercredi que Iota avait durement frappé les infrastructures de Bilwi, la principale ville de cette partie du Nicaragua. Cet ouragan «est arrivé et a achevé» de tout détruire «ce que (l'ouragan) Eta avait laissé debout» voici seulement une quinzaine de jours, a expliqué Yamil Zapata, précisant que de nombreuses habitations étaient endommagées.

«Les dégâts sont vraiment importants», a assuré Yamil Zapata à un média local. Bilwi, qui compte plus de 40 000 habitants, avait pu toutefois récupérer mardi l'usage de la téléphonie cellulaire et les sinistrés commençaient mercredi à nettoyer les décombres.

Lire encore: La tempête Eta poursuit sa progression mortelle en Amérique centrale

«Il n'y a plus rien, l'ouragan a emporté toutes les maisons qui étaient sur la côte», a expliqué à l'Agence France Presse (AFP) Esteban Moore, qui a lui-même perdu sa maison.

A Bilwi les habitants errent parmi les décombres et décrivent des scènes dignes d'un «film d'horreur» lors du passage de Iota qui a frappé la région au maximum de sa puissance destructrice. Au total, plus de 110 000 habitations sont sans électricité et plus de 47 000 n'ont plus l'eau courante, selon les autorités nicaraguayennes.

Multiplication des inondations

De fortes pluies se sont également abattues sur le Guatemala, où le précédent ouragan avait fait 46 morts et 96 disparus, avec des rivières en crue et des arbres tombés sur les routes, sans faire toutefois de victimes, selon les autorités.

En Colombie, deux personnes ont été tuées et une autre a été portée disparue sur deux îles colombiennes, Santa Catalina et Providencia, où une grande partie des infrastructures a été détruite. Au Panama, une femme a péri et quelque 2000 personnes sont hébergées dans des refuges, ont dit les autorités.

Pour aller plus loin: Désastres climatiques: environ 150 millions de victimes par an d'ici 2030

Selon le NHC, des inondations et des crues soudaines pourraient se poursuivre en Amérique centrale jusqu'à jeudi en raison des pluies torrentielles.

Un nombre record de 30 tempêtes tropicales a été enregistré cette saison dans les Caraïbes, en Amérique centrale et dans le sud-est des Etats-Unis. Les chefs d'Etat des pays d'Amérique centrale ont accusé les pays industrialisés d'être responsables du réchauffement climatique. Ils ont ensemble présenté lundi une demande d'aides pour la reconstruction aux organismes financiers internationaux.